Silence criminel

Alors que les fascistes, les hommes de l’Etat et les forces de répression harcèlent, torturent et tuent secrètement les internautes, opposants, ou membre de minorités, les journalistes, politiques, intellectuels, défenseurs des droits de l’homme se taisent, laissant les forces du mal persécuter des milliers d’honnêtes citoyens, repérés pour la plupart sur Internet, et considérés comme ennemis par l’oligarchie dégénérée au pouvoir presque partout dans le monde.

Les ciblés, (Targeted Individuals) sont mis en isolement, insultés par les V2K, espionnés, filmés par satellite 24h/24, torturés par ondes électromagnétiques satellitaires, scalpés, édentés, engraissés, parfois tués, sans que la classe politico-médiatique ne mentionne jamais l’existence de la répression qui les vise. A cause de la complicité des intellectuels racistes, des fascistes politiques, des médiacrates surpayés, le calvaire des milliers de victimes conscientes du Mind Control en France, et des centaines de milliers qui ne savent pas qu’ils sont ciblés, ne s’arrête jamais. Comme l’a dit Einstein, le problème ne provient pas de ceux qui font le mal, mais de ceux qui regardent faire sans rien dire.

Les associations de défense des droits de l’homme refusent d’assister les victimes du Mind Control, qui se retrouvent par conséquent entre les griffes de fous importants, qui peuvent leur faire subir impunément les pires atrocités,  cachés derrière leurs écrans, et activant de leur poste les fréquences électromagnétiques satellitaires adéquates pour provoquer tel ou tel type de torture ou de gêne.

Ceux qui refusent de dénoncer le Mind Control, et les fous qui le dirigent, sont les principaux responsables, du calvaire que doivent subit les TI, et, plus généralement, du délitement de la démocratie dans la plupart des pays développés du à cette répression secrète.

Le Mind Control est l’arme secrète des fascistes avec laquelle ils font taire toute critique en faisant régner une sorte de terreur secrète. Tant que la peur ne changera pas de camp, l’extrême droite continuera de progresser.

Publicités

La censure fasciste du Net

 

On constate que une censure fasciste sévit sur le Net : de nombreux sites finissent par disparaître, censurés par les hommes de l’Etat, sans qu’aucun recours ne soit possible. Par exemple, le site Forumfra, dénonçant le Mind Control, le racisme et l’islamophobie, a été supprimé le 6/2/2018, par les hommes de l’Etat, car ce site unique détaillait les exactions commises par les fascistes du Mind Control (scalpage, torture, grossissement, insomnies provoquées, V2K, attentats téléguidés…). Par contre, des sites ouvertement racistes tels Riposte Laïque, Français de Souche, Boulevard Voltaire, continuent leur propagande génocidaire sans être inquiétés.

De plus en plus, il semble que les hommes de l’Etat veuillent réserver le Net à l’extrême droite, aux grands groupes économiques, et aux divers services secrets pro-coloniaux, tous les autres étant progressivement censurés.

Sachant que les médias officiels ne disent rien de la réalité, depuis au moins 30 ans, que des millions de personnes en France sont agressées par les satellites du Mind Control, seuls quelques centaines visés par le V2K étant conscient de ces agressions, on peu affirmer que sans un Web libre, il n’y aura plus d’information du tout dans le pays, et que dans ce cas, les hommes de l’Etat seront encore plus tout permis, torturant et assassinant les citoyens sans relâche, dans l’impunité la plus totale.

La dictature du Mind Control devrait être dénoncée par les grands médias et les partis politiques démocratiques, sous peine de condamner le monde à subir une dictature technologique surpuissante et impossible à vaincre.

 

 

Jean-François Kahn : le néo-raciste, c’est lui.

 

Dans un article du Huffington Post daté du 5 décembre 2017, le journaliste Jean-François Kahn dénonce le « néo-racisme ». Dans cet article, il prétend que ce sont les Indigènes de la République qui sont racistes alors que l’établissement blanc islamophobe serait lui au dessus de tout soupçon. Les allégations de Kahn sont d’autant plus ridicules qu’il est lui même un des précurseurs de l’infection islamophobe en France. Au cours des années 80 dans l’Evénement Du Jeudi, et des années 90 dans Marianne, il a pollué la gauche de sa haine raciste, masquée en un faux laïcisme qui n’attaque que l’islam et les musulmans. C’est un peu à cause de JFK que l’extrême droite est si puissante en France et qu’elle contamine l’Europe et le monde.

téléchargement

Kahn est un esprit pervers qui cache sa haine raciste et ses convictions d’extrême droite sous une apparence républicaine de bon sens. Kahn approuve tout le programme de ces racistes d’extrême droite hormis la partie antisémite. Kahn n’adhère au racisme, que lorsqu’il n’est pas visé, sans comprendre que, une partie des arguments utilisés par les islamophobes peuvent être redirigés contre les juifs. Si demain les fascistes reviennent à leur vieille lubie, l’antisémitisme, Kahn, Finkielkraut et Zemmour ne pourront répondre sans être obligés de contredire totalement tous leurs écrits des dernières décennies. Le racisme ne  peut être combattu que globalement et combattre telle ou telle forme de racisme pour mieux encourager telle autre est une tactique qui ne profite finalement qu’aux fascistes qui utilisent les racismes pour tromper la majorité et prendre le pouvoir.

Détaillons un peu les arguments captieux de Jean-françois Kahn :

On a constaté, depuis une vingtaine d’années, un glissement d’une mouvance, originellement sociale-démocrate, vers des positions sociales-libérales qui, en vérité, étaient plus libérales que sociales.

Le glissement vers le libéralisme antisocial est concomitant à l’émergence de l’islamophobie, forme de xénophobie légale utilisée pour faire diversion et pousser les mécontents vers l’extrême droite.

 Mais on peut aujourd’hui se poser cette question: ne découvre-t-on pas, avec effarement, que, depuis quelques années, au sein de la gauche et surtout de l’extrême gauche, a émergé une sensibilité qu’on serait en droit de qualifier de néo-réactionnaire, néo-maccarthyste et de néo-cléricale, pour ne pas dire de néo-raciste?
 Au contraire, les gros bataillons de la gauche ont sombré dans un laïcisme islamophobe très proche de celui du FN. C’est la gauche raciste qui a fait le lit du FN, volontairement dans la plupart des cas, une bonne partie des mollétistes étant depuis l’origine des fascistes infiltrés à gauche. Ceux que Kahn qualifie de néo-racistes, ce sont au contraire les antiracistes. Kahn utilise une vieille méthode des fascistes qui consiste à retourner contre leurs adversaires les épithètes qui les visent (ex fascisme rouge, fascisme islamique, fascisme vert…)

C’est tout à fait évident s’agissant du soi-disant parti dit des « Indigènes de la République » avec lequel une partie non négligeable de l’extrême gauche a tissé des liens étroits (y compris au moins une députée de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon) et dont la principale inspiratrice écrivait dans un ouvrage qu’elle plaçait sa race et sa religion au-dessus de toute forme d’universalité humaniste, démocratique ou républicaine.

 

Les Indigènes de la République pratiquent la provocation systématique, pour faire bouger la société. Il n’est pas sûr que leurs méthodes ne soient pas contre-productives. On remarque que les provocations indigènes sont citées et recitées, comme si elles avaient été dictées par les racistes pour affaiblir l’antiracisme et être utilisées pendant des mois voire des années.

Or, sans aller jusqu’à cette radicalité assumée (du Jean-Marie Le Pen à l’envers) c’est bien, en effet, à une systématique remise en cause, à la fois des principes de la laïcité et des principes d’universalité, c’est-à-dire des principaux acquis de la philosophie des Lumières et du progressisme républicain, que l’on assiste, aujourd’hui, dans certains milieux intellectuels qui prétendent se situer à la gauche de la gauche.

 

La laïcité n’est plus appliquée en France, à partir du moment où la seule religion visée par le pouvoir est l’islam, comme le judaïsme était visé au 20ème siècle par les tsaristes, nazis, et l’ensemble de l’extrême droite. Les racistes ont décidé de remplacer le judaïsme par l’islam dans leur recherche d’un élément fédérateur de toutes les formes de l’idéologie réactionnaire. Les racistes surveillent d’ailleurs les  gens jour et nuit par satellite, pour empêcher les vrais éléments progressistes de s’exprimer et pour induire les gens en erreur et les pousser à la faute, de manière à affaiblir l’antiracisme dans on ensemble.

 

Ainsi ce syndicat « Sud » de la Seine-Saint-Denis qui organise, soutenu par toute une palanquée de sociologues dont l’incontournable Eric Fassin, des stages non mixtes (par exemple de femmes à l’exclusion des hommes, mais aussi de noirs à l’exclusion des blancs), arguant du fait que toute acceptation de la diversité sexuelle, ethnique (ou religieuse) de tels rassemblements étoufferait la possibilité d’exprimer son ressenti d’opprimé ou de discriminé.

 

L’organisation de réunions de femmes non blanches interdite aux blancs est une provocation qui répond aux milliers d’associations et d’entreprises interdites de fait aux non blancs. Ce type de provocation permet à des racistes connus de jouer les antiracistes, alors qu’eux mêmes pratiquent ce genre de discrimination systématiquement, mais sans le dire franchement. On se demande d’ailleurs où est l’intérêt de reprendre les méthodes des racistes, et de leur permettre ainsi de jouer les victimes alors qu’ils sont les oppresseurs. C’est d’une certaine manière tomber dans leur piège que reprendre leurs méthodes, mêmes pour les provoquer.

 

 

On peut légitiment s’interroger : en quoi la dénonciation du racisme en s’enfermant entre soi, de façon mono-ethnique, sans la moindre esquisse d’ouverture à l’autre, serait-elle plus efficace que le même combat mené de manière ouverte, de façon à entraîner l’adhésion d’une diversité d' »inclus » dans la lutte contre l’exclusion, d’une majorité de « différents » dans la lutte pour le respect de toutes les différences?

 

 

La dénonciation du racisme « entre soi » est pratiquée depuis longtemps par la Licra, le CRIF et beaucoup d’autres organisations communautaires juives que Jean-François Kahn n’a  quasiment jamais dénoncées, ou alors de manière très très modérée. Jean-François Kahn pratique lui-même une sorte de communautarisme, le même que celui qu’il reproche aux autres. Plus précisément, il tente d’établir une jonction entre judaïsme d’extrême droite et racisme lepéniste, la coalition qu’il prétend former ayant pour mission d’écraser les musulmans et  plus généralement les Noirs et les Arabes. Derrière le prétendu défenseur de la République et de la laïcité, se tient le raciste d’extrême droite, qui veille à toujours profiter des erreurs des « Indigènes » pour faire progresser la cause du nouveau nazisme islamophobe génocidaire. Il n’y a pas pire nazi que les ex victimes du nazisme, tout comme la plupart des pédophiles ont eux-mêmes été victimes de pédophilie.

 

Une certaine gauche en arriverait-elle à préconiser une forme d’apartheid inversé? Interrogeons-nous: si, dans une ville, dans un espace, où les Français dits « de souche » sont désormais minoritaires (il y en a), l’extrême droite organisait des réunions non mixtes, interdites aux noirs ou aux arabes, pour permettre aux blancs, aux « petits blancs » comme on dit, de rester enfin entre eux, pour mieux exprimer leur « ressenti » eux aussi « d’opprimés », comment réagirait la gauche ou l’extrême gauche? Elle approuverait? Elle relativiserait?

 

 

Il y a énormément d’associations interdites de fait aux Noirs et aux Arabes mais, les racistes ne le disent pas franchement, pour éviter les critiques ou les attaques en Justice. Les Indigènes devraient eux aussi apprendre à ruser un peu plus. D’ailleurs, on peut remarquer que ces réunions interdites aux Blancs ne profitent en réalité qu’à des racistes tels Kahn et beaucoup d’autres. Il faut éviter de donner à l’ennemi les verges pour se faire battre.

 

On a vu, dans le passé, sur quoi débouchait la tendance à une racialisation des différences: sous Staline, en Russie, à l’extermination des Koulaks, issus de la moyenne paysannerie, qu’on avait préalablement « racialisés ».

 

Ceux qui en France prônent, de manière implicite, le génocide, ce sont les islamophobes comme Jean-François Kahn qui, depuis des lustres, accusent les musulmans de tous les maux du monde. La ruse des nouveaux racistes, c’est de feindre de défendre la République laïque et universelle alors qu’ils promeuvent en réalité un racisme masqué devant aboutir à  la déportation massive ou au génocide des non européens.

 

Pour tenter de détourner les pauvres de toutes revendications sociales, on a également racialisé les riches en les identifiant aux juifs. Or, c’est très exactement ce qu’a fait Gérard Filoche, issu de la gauche socialiste, en acceptant presque inconsciemment, car il n’est pas antisémite, l’assimilation « Macron = riches = juifs ». Ou d’autres à l’extrême gauche: « la bourgeoisie est une race! » ; tandis que certains larguent la notion unificatrice de laïcité républicaine pour lui substituer ce clivage purement clérical: toute critique des dérives islamistes serait assimilable à du racisme antimusulman (islamophobie). Autrement dit la religion comme race!

 

 

Ce paragraphe de Kahn est particulièrement pervers : il dénonce l’antisémitisme (ce qui est normal) en justifiant l’islamophobie, opposant ainsi de fait les deux communautés pour le compte de l’extrême droite raciste qui a bien l’intention d’éliminer chacune de ces deux communautés en même temps que la démocratie.

Filoche n’a jamais dit que la bourgeoisie était juive. Au contraire, la bourgeoisie est beaucoup plus antisémite que le reste de la population. Dénoncer la bourgoisie revient plus à dénoncer l’antisémitisme que les juifs. Filoche est pratiquement le seul au PS à défendre les classes populaires et moyennes à la différence de ses collègues qui sont souvent issus du fascisme islamophobe le plus dur et les plus antisocial.

Ceux qui dénoncent les « dérives islamistes » sont le plus souvent des racistes antiarabes et antimusulmans, qui profitent des failles de la législation pour insulter et diffamer les gens sans limites. Tout ce qui est reproché aux musulmans (fanatisme, asservissement supposé des femmes, violence…) serait reproché aux Arabes et aux Noirs, si la législation le permettait. Qu’on supprime la législation antiraciste, et l’islamophobie disparaîtra. Les racistes attaquent les Arabes, les Noirs, les Turcs, les Indiens… sur leur religion, parce qu’ils n’ont pas le droit de les attaquer directement sur leur caractéristiques ethniques. Qu’on supprime les lois sur l’antisémitisme, et là aussi l’islamophobie disparaîtra, les racistes retournant alors à leurs premières amours, une fois la gêne légale éliminée…

Les islamophobes sont des hypocrites et des racistes. Ils attaquent l’islam parce qu’ils n’ont pas le droit de dénoncer les peuples qui pratiquent cette religion.

 

 

Et le sexe aussi: le hashtag « balance ton porc » visant, au fond, à ethniciser les notions de masculin et de féminin, l’autre, homme ou femme, comme race, comme race différente. Comme race antagoniste.

 

 

Le hashtag Balance Ton Porc a pour but de dénoncer les puissants qui humilient, écrasent et violent les femmes. Dans les quelques cas où ce sont les femmes qui abusent des hommes, le hashtag peut aussi être utilisé.

 

Ainsi, en arrive-t-on à un inconcevable cul-par-dessus-tête: hier, certains, à la gauche de la gauche, nous expliquaient que l’humanité était unique et que le racisme commençait avec la reconnaissance de la moindre différence en son sein (alors que l’antiracisme consiste, au contraire, à valoriser, au sein d’une unicité ontologique, la richesse des différences).

 

Les démocraties prétendent que tous les individus sont égaux, que les différences doivent être respectées et que le pluralisme religieux est la base de toute vraie démocratie.

 

Or, les mêmes, aujourd’hui, en viennent à récuser tout concept d’humanité unifiée, d’universalité de la nature humaine, pour nous décrire un monde où la guerre du « tous contre tous » implique l’absolue dominance de l’antagonisme fondamental entre sexes, entre races ou ethnies, entre religions, entre cultures, entre positions sociales, entre générations.

 

Personne, sauf effectivement des fascistes différencialistes, ne prône la guerre de tous contre tous mais, les vrai démocrates considèrent qu’on ne peut se satisfaire d’une paix dans l’oppression et que chacun doit défendre ses droits et ses intérêts et pas seulement les dominants, de plus en plus agressifs ces derniers temps.

 

L’autre systématiquement racialisé: jusqu’ici, la pensée réactionnaire c’était ça.

 

Ce sont les islamophobes qui racialisent les musulmans sans le dire. Pour eux, la guerre aux musulmans, c’est la guerre contre les Arabes, les Noirs, les Turcs et tous les autres non européens. Pour eux l’islamophobie c’est la guerre contre l’immigration de gens considérés comme inassimilables et inintégrables. S’il n’y avait plus de musulmans, les mêmes deviendraient antisémites, ce qu’ils sont déjà la plupart du temps.

Jean-François Kahn est, avec Gilles Kepel, un de ceux qui ont introduit l’islamophobie en France dans les années 80, sous l’influence des mollétistes qui dirigeaient le pays à l’époque. La gauche réactionnaire c’est lui et non pas ceux qui dénoncent l’islamophobie.

L’affaire AbdelKader Mérah

 

AbdelKader Mérah a été jugé par un tribunal de Paris et condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour « association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste ». Dans les faits, Mérah a juste payé pour les crimes supposés de son frère Mohamed. Les juges se sont laissé intimider par la foule haineuse des lyncheurs, un ramassis de racistes professionnels et de victimes manipulées par ceux-là même qui sont à l’origine de l’attentat.

De quelle association de malfaiteurs parle-t-on ? Quelle entreprise terroriste était planifiée ? Personne dans le grand public ne le sait.Il semble que la Justice française se transforme peu à peu en une Justice politique, pour ne pas dire raciste. « Si ce n’est toi c’est donc ton frère. » Voilà le type de logique qui sous-tend  le jugement visant AK Mérah.

Il semble qu’aucun élément sérieux n’ait été présenté pour justifier une condamnation à 20 ans pour association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste. Parmi les 7 points retenus par les juges, l’apprentissage de l’arabe littéraire en Egypte, sous Moubarak ! Apprendre l’arabe littéraire n’est pas un crime, surtout dans un pays qui était dirigé à l’époque par un régime très anti-islamiste. On reproche aussi à AKM d’avoir tenu des « propos antisémites ». Dans ce cas, il faudrait aussi emprisonner une bonne partie de la classe politico-médiatique française, qui se déchaîne lorsqu’elle insulte les TI en V2K. AKM aurait aussi prétendu être un admirateur de Ben Laden : il ne faut pas oublier que la plupart des salafistes sont ventriloqués par le Mind Control. S’il faut juger quelqu’un, ce sont les manipulateurs du Mind Control dont certains étaient dans la salle d’audience à exiger la perpétuité pour AKM…

Il faut vraiment que le jugement en appel rétablisse la légalité et qu’une individu accusé de complicité de vol de scooter ne fasse pas perpétuité au lieu de 3 mois avec sursis !

Sur les réseaux sociaux, certains racistes vont jusqu’à exiger la peine de mort pour toute la famille !!! Parmi ces racistes, il est plus que probable que certains sont justement les fascistes du Mind Control qui ont téléguidé l’équipée sauvage de Mohamed Mérah. Il est tout aussi probable que toute la famille Mérah est sous la surveillance des satellites du Mind Control depuis des lustres. Les ondes satellitaires permettent de lire dans les pensées et de ventriloquer les gens par télépathie synthétique. Les Mérah ont été victime des services secrets et des politiciens racistes, comme un bon nombre d’autres musulmans en France et dans le reste du monde.

La haine bestiale des lyncheurs pour la mère de AK Mérah est particulièrement nauséabonde. Ces gens polémiquent avec cette mère de famille n’ayant pas fait d’études, tentant de la piéger, un peu comme des Inquisiteurs vicieux ou des kapos staliniens ou fascistes. Les fascistes ont voulu transformer le procès Mérah en une vaste mise en scène raciste, où on condamne un Arabe à 20 ans de prison, juste en raison de ses idées salafistes.  Les racistes ont voulu démontrer qu’il n’y avait pas de Justice pour les Arabes. Que ceux-ci n’avaient aucun droit ; comme au bon vieux temps de la colonisation.

Il faut espérer que la Cour Européenne des droits de l’Homme finira par casser ce jugement inique et dangereux pour la démocratie. On ne peut pas condamner un homme pour ses idées, pas plus que pour les crimes commis par un membre de sa famille.

Face à ce jugement qui menace tous les Arabes, tous les musulmans et la démocratie dans son ensemble, il faut espérer que l’Algérie défendra son ressortissant, car, si elle laisse un Algérien se faire condamner pour rien, alors les racistes viendront un jour jusqu’à Alger pour rejouer le coup de l’éventail…

N’oublions pas que si on laisse la Justice condamner des gens pour leurs idées ou les crimes de leurs parents, alors, un jour on condamnera des identitaires pour leurs discours, ou des écolos, ou des végans, ou des gauchistes. On pourra aussi juger des enfants pour la fraude fiscale de leurs parents ou juger des parents pour les délits de leurs enfants. Ce sera l’avènement de l’arbitraire généralisé pour tous et, dans ce cas, seuls les mafieux tireront leur épingle du jeu.

Il est temps que les défenseurs de la démocratie se lèvent pour défendre la liberté et le droit dans le pays, au lieu de laisser des abrutis fascistes imposer leur loi haineuse à la classe politico-médiatique et, n’oublions pas que le terrorisme vient des racistes : ce sont eux qui manipulent et téléguident les terroristes depuis plus de 30 ans alors que l’islam interdit de tuer des femmes ou des enfants(Bukhari 3014) et que le « djihad »‘ ne peut être proclamé que par des autorités compétentes et non par n’importe qui.

Pour résumer, les racistes organisent le terrorisme pour pouvoir se venger des Algériens qui les ont expulsés de leur pays en 1962. La revanche minable de ces pourris rusés ne concerne qu’eux mêmes. La France est une démocratie et ne pourra le rester que lorsque le complot fasciste des ex de l’OAS et de leurs descendants aura été dénoncé et vaincu.

Terrorisme : la trahison de la gauche

Dans les affaires de terrorisme, on constate que la gauche refuse de faire preuve d’esprit critique ; elle refuse de prendre en compte la notion de manipulation et de provocation ; elle refuse de dénoncer les fascistes organisateurs des attentats qui sont les seuls à profiter de la terreur.

Si le terrorisme continue de sévir dans les « démocraties », le totalitarisme d’extrême droite finira par diriger le monde, les partis de gauche seront décimés et leurs dirigeants emprisonnés.

Si la vrai gauche n’arrive jamais à prendre le pouvoir, c’est à cause du terrorisme et de l’islamophobie qui poussent l’opinion vers la droite et l’extrême droite. Plus il y a d’attentats, et plus les gens exigent des mesures xénophobes et liberticides. A la fin, l’extrême droite finit par prendre le  pouvoir directement (Autriche, USA), ou indirectement (France, GB…).

Le terrorisme a pour but de faire monter l’extrémisme de droite dans l’opinion et d’augmenter son influence. La gauche n’a pas d’autre choix que de dénoncer la manipulation terroriste si elle veut survivre

Aujourd’hui, d’ores et déjà, les vieux fascistes nauséabonds espionnent et harcèlent les internautes. Ils pratiquent la torture par ondes satellitaires. Ils lisent dans les pensées. Il n’y a aucun doute que ce sont eux qui manipulent le terrorisme prétendu islamiste mais en réalité islamophobe et fasciste.

Si la gauche ne dénonce pas la provocation terroriste des racistes, elle disparaîtra, absorbée par l’extrême droite et, ce sera alors la fin des droits sociaux, des libertés politiques et individuelles, et l’avènement d’un nouveau nazisme, qui engendrera inévitablement massacres génocidaires, enfermements massifs, généralisation de la torture, et apocalypse nucléaire.

La complicité de la gauche avec le complot terroriste et fasciste est une faute politique impardonnable. La vraie gauche, qui n’a jamais su rester au pouvoir au delà de quelques mois, prouve une fois de plus son incapacité à élaborer une stratégie politique viable.

Mind Control : le coup d’Etat secret

La répression du Mind Control s’apparente à un coup d’Etat : un groupe de fascistes, composé de politiciens, militaires, policiers, mafieux, patrons, journalistes, a décidé de confisquer la démocratie en manipulant secrètement les élites par ondes électromagnétiques. Les satellites de surveillance pilotés par ordinateurs permettent de filmer et enregistrer à travers le murs, de lire dans les pensées, de ventriloquer, de torturer et tuer à distance. Le Mind Control est une arme imparable aux mains des fascistes. Ceux qui détiennent le Mind Control dirigent en réalité le monde, en France, en Europe et partout ailleurs.

Les putschistes du Mind Control organisent le terrorisme. Ils manipulent des paumés par ondes satellitaires et les poussent au crime. Ils organisent les attentats de manière très précise, dans le but de renforcer l’extrême droite et de limiter les libertés publiques.

Les putschistes ont aussi mis sous surveillance l’ensemble des journalistes, qu’ils espionnent et punissent en fonction de leur attitude avec le FN. Les anti-fascistes sont gênés de diverses manières : maladies, divorces, problèmes professionnels. Les autres sont progressivement remplacés par des amis des putschistes ou des agents secrets. Comme par hasard, ces journalistes n’ont jamais rien remarqué de louche dans les versions officielles des attentats fournies par les hommes de l’Etat. Il semble que toute critique des putschistes soit formellement interdite pour tous les médiacrates.

Le Mind Control est en  passe d’instaurer une dictature omnipotente en France et dans le monde. Personne ne peut résister aux ondes satellitaires. Peu à peu, la démocratie est limitée et, progressivement nous entrons dans un système proche de celui décrit par Orwell dans le Meilleur des mondes.

Face au coup d’Etat du Mind Control, il est temps que les élites réagissent, si elles ne veulent pas finir esclaves des fascistes qui dirigent la répression.

Le terrorisme vient des racistes

A qui profitent les attentats « islamistes » ? Aux islamophobes, aux racistes et aux fascistes, bien sûr. Chaque attentat est le prétexte à des lois liberticides qui finissent par donner tous les pouvoirs aux hommes de l’Etat. Chaque attentat est l’occasion de dénoncer les musulmans « extrémistes », alors même que l’islam interdit le  meurtre d’innocents et le suicide. Prétendre que des musulmans organiseraient des attentats qui ne profitent qu’aux racistes et qui sont interdits par l’islam, est de la pure propagande fasciste. Depuis l’attentat du Reichstag en 1933, on sait que les fascistes utilisent systématiquement le terrorisme pour prendre le pouvoir. Il n’y a jamais de démission des responsables de la sécurité après les attentats, tout simplement parce que ce sont les services secrets eux-mêmes qui téléguident ces attentats, en utilisant les satellites du Mind Control, qui permettent de diriger à distance des individus par ondes électromagnétiques. Ce sont les hommes de l’Etat eux-mêmes qui organisent le terrorisme, et ils ne vont donc pas virer des gens qui ne font que suivre leurs instructions.

Tous les racistes, et notamment les racistes islamophobes sont des terroristes en puissance. A chaque attentat, ils se réjouissent. A chaque attentat, ils montent dans les sondages. Les racistes sont des terroristes potentiels. Ils organisent le terrorisme pour faire accuser les musulmans. Tant que l’extrême droite n’aura pas été démasquée pour son rôle dans le terrorisme, le problème ne sera pas réglé. En France, Claude Hermant, fasciste et indic de la gendarmerie qui a armé Amédi Coulibaly le tueur de l’hypercacher de Vincennes, ne représente que la partie émergée de l’iceberg du terrorisme fasciste. La totalité du terrorisme « islamiste », vient des fascistes. L’islam interdit sans ambiguïté le terrorisme visant délibérément des civils. Le terrorisme vient des racistes. Tous les racistes sont susceptibles d’organiser un jour des attentats terroristes. Tous les racistes, et notamment ceux infiltrés dans la politique et les services de sécurité doivent être suspectés.

Targeted Individuals : leur vie est un enfer

La répression illégale du Mind Control a pour but de faire taire toute critique contre les hommes de l’Etat et l’oligarchie internationale. Le moyen utilisé est de faire vivre les ciblés en enfer, toute leur vie, sans que ceux-ci ne puissent porter plainte, puisqu’officiellement le Mind Control n’existe pas.mind_control

Le Mind Control, c’est ce système de surveillance par satellite qui permet de filmer à travers les murs, de suivre le ciblé 24h/24, de lire dans les pensées, de torturer et tuer à distance. Des ondes électromagnétiques très puissantes peuvent ainsi diriger la vie des gens, et plus précisément détruire la vie de ces gens.

Les targeted individuals ou individus ciblés sont d’abord repérés et espionnés par les forces du mal : on surveille leurs habitudes, on lit dans leurs pensées et souvenirs, on identifie leurs amis ou les membres de leur famille. Ensuite, les sévices commencent : harcèlement au travail, licenciements, divorces, accidents de voiture, incidents divers. Puis, après quelques années, la torture maquillée est mise en place : vomissements, énervements, impuissance,insomnies… Des rixes sont organisées pour agresser le ciblé par personnes interposées. Ensuite, après 10 ans de harcèlement léger, on passe aux choses sérieuses : torture cardiaque, neurophone (V2K), torture des yeux, cassage de dents, scalpage, prise de poids provoquée,  étouffements, montées de tension artérielle, douleurs cérébrales…

Les fascistes du Mind Control, au service d’une classe politique corrompue et fascisante, font de la vie du ciblé un enfer. Mus pas une haine de vieux psychopathes enragés, ils se déchaînent contre le ciblé : fuites d’eau, pannes de voiture, torture, isolement social, chômage… La vie du ciblé ressemble alors à un interminable chemin de croix, le ciblé étant insulté toute la journée par les voix silencieuses du neurophone. Entre torture et insultes, le ciblé finir par comprendre qu’il passera sa vie en enfer, pendant que les corrompus et les fascistes continuent de s’enrichir et de se pavaner en pourrissant la vie des gens honnêtes et préparant l’avènement du fascisme le plus dur.

La question que tous se posent est de savoir pourquoi les TI sont ciblés : dans les faits, tout le monde peut-être un jour ciblé, s’il a déplu à un individu important. Une bonne partie des TI sont des internautes qui se sont permis de critiquer les hommes de l’Etat ou les politiques suivies. Souvent, les TI sont de gauche, ce qui déplait à l’oligarchie secrète qui dirige le monde. Le TI peuvent aussi être issus de diverses minorités ethniques ou religieuses : musulmans, juifs, noirs et autres sont des cibles privilégiées. Le Mind Control déteste également les individus entreprenants qui gênent la vieille élite. Il déteste les esprits originaux et les non corrompus. Les gens honnêtes sont le cauchemar des voyous de l’oligarchie. Le Mind Control, dirigé par des vieux riches et puissants, n’apprécie pas non plus les gens plus jeunes qu’eux-mêmes, c’est à dire la quasi totalité de la population. Pour résumer le Mind Control vise les gens indépendants, non fascistes, ambitieux, de gauche, ayant réussi dans la vie. Il vise aussi les cas sociaux, les petits délinquants, les membres de minorités. Mais il vise principalement les internautes, ceux qui ont eu l’impudence de dénoncer les dirigeants politiques corrompus et incompétents qui se prennent pour une nouvelle aristocratie. Le Mind Control est donc raciste, fasciste, envieux, haineux. Cette milice de l’oligarchie internationale représente un menace pour la démocratie et le genre humain.

Il y a deux catégories de TI : ceux qui sont visés par le V2K, voix silencieuses (quelques milliers de personnes) et les centaines de milliers qui sont harcelés sans même le savoir, et pensent être victime de la fatalité.

Un jour, les ex démocraties regretteront d’avoir livré les targeted individuals aux mains des fascistes et des mafieux.

Attentat de Berlin : un complot raciste

L’attentat de Berlin du 19/12/2016, perpétré par un camion fou, est l’ultime avatar du complot raciste qui vise les musulmans d’Allemagne, des Etats-Unis et du monde. Quand ils veulent nuire aux musulmans, les racistes manipulent l’un d’entre eux par satellite du Mind Control, et le téléguident pour commettre un acte criminel. Les ondes électromagnétiques satellitaires permettent de prendre le contrôle d’un individu et de le pousser au crime, sans que celui-ci ne puisse résister, s’il ne connaît pas le procédé.

sat2

L’attentat de Berlin aurait été revendiqué par l’ « Etat Islamique », ce groupe de mercenaires islamophobes dirigé par Washington. L' »Etat Islamique » est en réalité un groupe anti-islamiste, qui attaque les vrais groupes islamistes, notamment en Syrie. L’EI est, de notoriété publique, un groupe néocolonial destiné à nuire aux Syriens et Irakiens. Une revendication de l’EI équivaut à une revendication américaine.

Le but des chefs terroristes qui manipulent les zombies du Mind Control est de développer le racisme et l’islamophobie en Occident. Personne ne peut ignorer le fait que chaque attentat renforce l’extrême droite, les pouvoirs de la police et des services secrets, ainsi que le racisme et notamment le racisme islamophobe. On sait que pour trouver les commanditaires d’un crime il faut rechercher à qui il profite. Le terrorisme « islamique » profite aux islamophobes et non aux islamistes. Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que l’attentat de Berlin comme ceux du Bataclan ou de Nice ont été téléguidés par des racistes d’extrême droite, infiltrés au plus au niveau dans tous les pays occidentaux. Ces racistes veulent développer la haine raciale et gêner l’intégration des musulmans en Europe ou aux Etats-Unis. Ces chefs terroristes sont aussi des néo-nazis qui veulent détruire la démocratie en feignant de la protéger. Année après année, de nouvelles lois sont votées pour limiter les libertés des citoyens. Des millions de personnes sont surveillées par satellite, en Europe ou aux Etats-Unis. Les néo-nazis montent dans l’opinion dans toute l’Europe et aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, Donald Trump n’aurait probablement pas été élu sans les divers attentats « islamistes » qui ont endeuillé les Etats-Unis. D’ailleurs l’attentat du 19/12 de Berlin a eu lieu le jour même de son élection définitive par les grands électeurs américains.

Le terrorisme ne profite qu’aux racistes et provient des racistes. Tant que les médias n’auront pas mis ce fait en évidence, les fascistes continueront de progresser partout en Europe. Ces attentats sont organisés par des néo-nazis infiltrés au cœur de l’Etat qui utilisent toutes les technologies satellitaires et psychotroniques pour prendre le pouvoir par la force. Le terrorisme est l’instrument d’un véritable complot nazi mondial. Face à ce complot, il est temps que les forces démocratiques réagissent médiatiquement, au lieu de rester amorphes, répétant stupidement ce que leur soufflent les nazis terroristes.

On peut constater que les attentats « islamistes » sont beaucoup plus médiatisés que les attentats fascistes, tel celui d’Utoya, déjà pratiquement oublié malgré le massacre de près de 80 jeunes militants socialistes par un néo-nazi. Les fascistes contrôlent les médias, les services secrets, les polices. Il est temps de comprendre que le vrai péril qui menace la démocratie c’est le péril fasciste, le terrorisme étant une émanation du nazisme islamophobe et non de l’islamisme.

Les commanditaires de l’attentat du marché de Noël veulent renazifier l’Allemagne, reprenant ainsi les méthodes des fascistes français issus de l’OAS. Ils veulent gêner Angela Merkel et lui imposer de force un virage xénophobe. Ils veulent pouvoir persécuter les Syriens qui ont déjà fui l’oppression et la guerre qui règnent dans leur pays. Les chefs terroristes veulent réveiller la peste nazie en Allemagne, alors qu’elle était endormie depuis des décennies. Il faut vraiment que l’Allemagne soit le premier pays à réagir contre les nazis infiltrés qui organisent des attentats. Il faut que les responsables de l’antiterrorisme qui n’ont pas empêché l’attentat, (ou qui l’ont organisé), soient limogés. Il faut que l’ensemble des services de sécurités soient purgés des nazis qui les ont pénétrés. En Allemagne comme en France ou aux Etats-Unis, le terrorisme ne cessera pas tant que les néo-nazis n’auront pas été définitivement exclus des services de sécurité.

La société doit se défendre face au Mind Control

Il est temps que la société civile réagisse face au Mind Control, la répression secrète satellitaire. Il faut que la loi du silence sur le sujet soit levée, de manière à ce que les citoyens ne soient plus harcelés par l’Etat, les fascistes et l’oligarchie.

Le Mind Control est cette surveillance permanente par satellite qui obère la liberté des citoyens. Nuit et jour, des millions de personnes sont surveillées par des caméras satellitaires pilotées par ordinateur sous le contrôle de gardiens fascistes qui veillent à nuire à ceux qu’ils surveillent.

Dans les entreprises, à domicile, dans les transports, les caméras satellitaires filment à travers les murs, lisent dans les pensées, enregistrent les conversations privées, provoquent malaises et maladies, bagarres et incidents, impuissance et frigidité. Les libertés des citoyens sont totalement annihilées  par la surveillance satellitaire électromagnétique. Les citoyens deviennent progressivement les esclaves de l’Etat et de l’oligarchie. La qualité de vie des gens est de plus en plus limitée par cette répression perverse et secrète.

Tout ceci nous mènera directement au fascisme, l’extrême droite dirigeant la surveillance satellitaire. Il est temps que partis politiques, syndicats, journalistes, organisations de défense des droits de l’homme cessent de collaborer avec le fascisme satellitaire. Sinon, on se réveillera bientôt dans une dictature néofasciste basée sur la torture électromagnétique dont on ne pourra pas se libérer avant longtemps.