Le terrorisme vient des racistes

A qui profitent les attentats « islamistes » ? Aux islamophobes, aux racistes et aux fascistes, bien sûr. Chaque attentat est le prétexte à des lois liberticides qui finissent par donner tous les pouvoirs aux hommes de l’Etat. Chaque attentat est l’occasion de dénoncer les musulmans « extrémistes », alors même que l’islam interdit le  meurtre d’innocents et le suicide. Prétendre que des musulmans organiseraient des attentats qui ne profitent qu’aux racistes et qui sont interdits par l’islam, est de la pure propagande fasciste. Depuis l’attentat du Reichstag en 1933, on sait que les fascistes utilisent systématiquement le terrorisme pour prendre le pouvoir. Il n’y a jamais de démission des responsables de la sécurité après les attentats, tout simplement parce que ce sont les services secrets eux-mêmes qui téléguident ces attentats, en utilisant les satellites du Mind Control, qui permettent de diriger à distance des individus par ondes électromagnétiques. Ce sont les hommes de l’Etat eux-mêmes qui organisent le terrorisme, et ils ne vont donc pas virer des gens qui ne font que suivre leurs instructions.

Tous les racistes, et notamment les racistes islamophobes sont des terroristes en puissance. A chaque attentat, ils se réjouissent. A chaque attentat, ils montent dans les sondages. Les racistes sont des terroristes potentiels. Ils organisent le terrorisme pour faire accuser les musulmans. Tant que l’extrême droite n’aura pas été démasquée pour son rôle dans le terrorisme, le problème ne sera pas réglé. En France, Claude Hermant, fasciste et indic de la gendarmerie qui a armé Amédi Coulibaly le tueur de l’hypercacher de Vincennes, ne représente que la partie émergée de l’iceberg du terrorisme fasciste. La totalité du terrorisme « islamiste », vient des fascistes. L’islam interdit sans ambigüité le terrorisme visant délibérément des civils. Le terrorisme vient des racistes. Tous les racistes sont susceptibles d’organiser un jour des attentats terroristes. Tous les racistes, et notamment ceux infiltrés dans la politique et les services de sécurité doivent être suspectés.