Fascisme ou populisme

 

Les partis d’extrême droite sont actuellement nommés populistes et non fascistes comme il le faudrait, les observateurs politiques considérant que la notion de fascisme ne devait s’appliquer qu’aux partisans de Mussolini alors qu’en réalité ce concept a une portée beaucoup plus large que le mussolinisme.

On peut définir le fascisme comme une idéologie opposée à la démocratie, qui considère que le citoyen n’a aucun droit, que l’inégalité est bonne pour la société, que les minorités doivent être écrasées ou exterminées, qu’une nouvelle élite d’extrême droite doit être crée au détriment du reste de la population, que la surveillance du peuple doit être totale. Le fascisme est de plus belliciste et colonialiste, en plus d’être raciste, islamophobe et antisémite.

Au regard de cette définition, les partis qu’on appelle populistes sont en réalité fascistes. Nommer les fascistes populistes, c’est à dire au service du peuple, est une grave erreur. On laisse ainsi croire que les fascistes seraient les amis du peuple alors qu’ils en sont les ennemis les plus enragés. Les fascistes sont opposés aux hausses de salaires, au progrès social, à toutes les libertés. Les fascistes veulent réduire le peuple en esclavage. Les fascistes divisent le peuple pour mieux l’asservir. Les fascistes sont les ennemis du peuple et ne doivent en aucun cas être qualifiés de « populistes ». C’est la vraie gauche qui devrait être qualifiée ainsi, dans le mesure où elle a pour but d’émanciper le peuple, d’améliorer ses conditions de vie, de restaurer ses libertés.

Il ne faut jamais traiter les fascistes de populistes : ça sert leurs intérêts. Fasciste est le terme qui convient le mieux pour décrire les réactionnaires extrêmes. Ce terme renvoie à la seconde guerre mondiale et ses 60 millions de morts. Si l’extrême droite européenne actuelle prend un jour le pouvoir, il est sûr qu’elle relancera les politiques coloniales, qu’elle organisera des massacres ethniques et qu’elle provoquera une guerre mondiale.

Les fascistes de l’extrême droite ne sont pas des populistes : ce sont des néo-nazis (fascistes extrêmes) tout aussi criminels que leurs ancêtres du 20ème siècle, mais beaucoup plus rusés.

Il faut appeler les criminels par leur nom pour avertir les populations avant qu’il ne soit trop tard. Se tromper de dénomination est une grave erreur politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s