Accueillir des réfugiés syriens

safe_image

Alors que plusieurs millions de Syriens sont réfugiés dans le pays même ou dans les pays voisins, on constate que la France, ancienne puissance mandataire fortement impliquée dans l’appui à l’insurrection, refuse d’accueillir dans des conditions décentes ceux qu’elle a condamnés à l’exil ou au massacre.

Puisque la France a en grande partie organisé la rébellion anti-Assad, la moindre des choses serait qu’elle fasse un effort pour accueillir dignement les victimes de la guerre civile.

Il faut qu’au moins 300.000 réfugiés syriens soient recueillis sur le territoire français en attendant que la crise qui ravage la Syrie se soit apaisée. Il faut sélectionner des gens de toutes religions ayant étudié le français, en privilégiant les personnes issues des  classes moyennes plus aptes à s’intégrer.

Sachant que des millions de personne venues de pays en paix ont été acceptées en France depuis des décennies, on ne comprendrait pas pourquoi des réfugiés en danger de mort ne  pourraient pas bénéficier du droit d’asile en France.

Il est évident qu’il faudrait que toute l’Europe participe à l’effort, sachant qu’une hausse de la population, même pauvre, est source de croissance économique par augmentation de la demande. De même, les pays du Golfe, la Russie, les Etats-Unis,  eux aussi impliqués dans la guerre devraient faire un effort important pour recueillir les réfugiés menacés de mort.

Refuser d’accueillir des gens menacés par une guerre qu’on a soi-même provoquée est un crime. Il faut faire un effort de solidarité.

Publicités

Lutte contre l’antisémitisme

Suite à une agression crapuleuse visant un couple juif à Créteil, le gouvernement et le Crif ont décidé de lancer une campagne contre l’antisémitisme en banlieue. Comme d’habitude, ce sont les Arabes et les Noirs qui sont accusés d’antisémitisme, alors même que il n’y a jamais eu de persécutions antisémites dans les pays d’origine de ces personnes contrairement à ce qui s’est passé en Europe pendant des siècles.

Accuser les banlieues d’être antisémites, en raison d’un crime crapuleux au cours duquel les délinquants auraient formulé quelques remarques sur les juifs, est une attitude intellectuellement malhonnête. Il y a de la délinquance en France, et tout le monde est visé par les délinquants :  Arabes, Juifs, Français de souche et personnes de toutes les origines. Mettre l’accent sur le caractère antisémite d’un crime crapuleux, revient à faire la promotion de l’antisémitisme en banlieue et à développer le phénomène.

On peut constater que ceux qui dénoncent l’antisémitisme supposé des banlieues refusent obstinément de prononcer le mot islamophobie, comme si ces gens étaient en réalité des racistes anti-musulmans qui cherchaient des prétextes pour faire accuser l’Islam qui a pourtant protégé les Juifs pendant des siècles et servi de refuge aux réfugiés de l’Inquisition ibérique.

Pour lutter contre le prétendu antisémitisme musulman, il faudrait que les programmes scolaires intègrent l’étude de la tolérance musulmane envers les autres religions dans les cours d’histoire de manière à ce que les jeunes comprennent que c’est l’Islam qui est tolérant et non pas les racistes d’extrême droite qui prétendent hypocritement donner des leçons d’antiracisme aux gens.

D’ailleurs, si l’antisémitisme se développe partout dans le monde, c’est en raison de l’incompétence des organisations juives et anti-discrimination, qui ne couplent pas la lutte contre l’antisémitisme avec la lutte contre l’islamophobie, le racisme le plus important de notre époque. Il faut que les juifs comprennent que l’islamophobie n’est pas un remède contre l’antisémitisme mais qu’il le renforce au contraire. La plupart des critiques qui visent les musulmans peuvent aussi s’appliquer aux juifs et participent donc à la diffusion de l’antisémitisme. La meilleure stratégie possible contre l’antisémitisme consiste à combattre l’islamophobie, la négrophobie et tous les autres racismes simultanément, et non à opposer certaines minorités à d’autres.

Dans le cas français, la meilleure façon de combattre l’antisémitisme en banlieue consiste à dénoncer l’islamophobie et non à faire accuser les musulmans qui sont toujours protégé les juifs depuis des siècles.

Le problème de certaines organisations juives est qu’elles travaillent en coordination avec le Likoud et d’autres partis racistes, ce qui induit la mise en œuvre d’une stratégie anti-arabe et islamophobe qui nuit in fine aux communautés juives de la planète et favorise les partis nazis partout.

La stratégie du Likoud consiste à favoriser l’extrême droite partout dans le monde, de manière organiser un massacre mondial de musulmans. Ce que n’ont pas compris les racistes du Likoud, c’est que tous les nazis de la planète sont antisémites et que leurs cible principale restera toujours prioritairement les Juifs et l’Etat d’Israël. Quand ces gens seront au pouvoir en Occident, les jours d’Israël seront comptés. Appuyer le racisme international sous prétexte qu’il est islamophobe est une erreur fatale pour Israël. Ce racisme devient de plus en plus incontrôlable et finira par organiser une nouvelle croisade contre l’Etat hébreu qui aboutira à la destruction totale de l’Etat juif.  Si les nazis actuels ne visent que marginalement le judaïsme, c’est parce qu’ils attendent d’être en position de force pour passer à l’action. Et ils se renforcent justement en développant l’islamophobie et le racisme anti-arabe partout dans le monde.

La seule solution possible pour combattre efficacement l’antisémitisme consiste donc à lutter de manière visible contre l’islamophobie et non pas la favoriser en espérant faire diversion.