Islamophobes : David Bel

 

 

Un exemple de propagande islamophobe du site proche du Likoud, Europe-Israël. Ce site se caractérise par sa propagande islamophobe d’extrême droite qui ressemble fortement à celle du FN et des partis néo-nazis. Ce site illustre la collusion existant entre fascistes israéliens et néo-nazis internationaux. Comme dans les années 30, les sionistes révisionnistes collaborent avec le nazisme et tentent de lui livrer le pouvoir en Europe. Ces fascistes juifs n’ont pas compris qu’ils figurent au menu des nazis qui ont l’intention de les pourchasser jusqu’en Terre Sainte dès qu’ils auront pris le pouvoir en Europe. Le problème des idiots, c’est que souvent, ils ne savent pas qu’ils le sont.

 

Voici donc un exemple de propagande islamophobe écrite par un islamophobe juif mal informé :

De nombreux articles sur le Coran, l’islam et Muhammad (Mahomet) sont publiés sur le site Europe-Israël. L’article (ou plutôt la vidéo) de Eric Zemmour intitulé  “ Ouvrez le Coran à n’importe quelle page, il y a écrit il faut tuer les juifs et les chrétiens !” a, à juste titre, déchaîné les passions parmi les intervenants. Cependant la plupart des lecteurs de ‘Europe-Israël’ qui y ont déposé leurs commentaires, sont de culture ou de religion juive ou chrétienne, et ne sont pas obligatoirement des experts du Coran.

Il est donc facile à un propagandiste musulman d’intervenir et d’affirmer : « Mais non ! Votre traduction de tel ou tel verset du Coran n’est pas la bonne. Elle est hors de son contexte. Il faut la « recontextualiser ». Et puis, vous ne savez pas l’arabe. Il faut interpréter tel verset comme ceci et non comme cela  » etc… etc…

Ces allégations sont évidemment une manière de piéger le lecteur non arabo-musulman qui se retrouve dans le meilleur des cas en train d’escrimer et d’opposer sa « mauvaise interprétation occidentale » à « la bonne et authentique » interprétation de l’interlocuteur arabo-islamique. « Traddutore = Tradditore », n’est-ce pas ?

Dans ces conditions, le dialogue devient rapidement stérile et l’intervenant arabo-islamique peut se défiler sans coup férir.

Contextualiser les textes sacrés, cela se fait dans toutes les religions et pas seulement dans l’islam. Personne n’applique le Lévitique à la lettre (pour l’instant). Seules certaines prescriptions sont toujours d’actualité.

 

Muhammad était un bédouin de la tribu de Qoraysh, vivant près de la Mecque, au Hedjaz (Arabie saoudite de nos jours). Il serait né aux alentours de 570 et « Muhammad » n’est pas son vrai prénom mais un surnom honorifique qu’il s’est octroyé pour des raisons théologiques (sur lesquelles nous ne pouvons nous étendre).

A cette époque, la majorité des bédouins autochtones arabophones avaient des croyances polythéistes et pratiquaient le culte des astres (surtout lunaire) et de la Ka’aba. Mais le judaïsme et le christianisme étaient bien présents et les rabbins judaïques et les prêtres chrétiens s’affrontaient dans des joutes théologiques  interminables. Muhammad a été incontestablement influencé à la fois par les rabbins que par les prêtres, et les versets du Coran (rédigés par Muhammad ou par des scribes du cercle de ses « fidèles ») sont une mixture imbuvable de judaïsme et de christianisme, comme si elles étaient les deux mamelles qui ont allaité Mohammad.

A tel point que certains historiens et exégètes ont imaginé un maître à penser de Muhammad appartenant à une secte chrétienne judaïsante, ou le contraire à une secte judaïque christique.

Peu nous importe présentement, mais le fait est que l’on trouve dans le Coran plus d’accointances avec le Pentateuque (la Torah) et le judaïsme qu’avec les Evangiles et le christianisme, du moins tel qu’on connaît ce dernier depuis le IVème siècle. Parmi ces accointances, la prohibition du porc, les lois sur la menstruation de la femme, le respect du Shabbat, etc …

Par contre, le Coran cite textuellement la parole d’Evangile : « Ils n’entreront au paradis que lorsqu’un chameau passera par le trou d’une aiguille », ou encore évoque le statut de Jésus, considéré comme un grand prophète, ayant même l’aura du prophète eschatologique du « Jugement dernier ». Et cela, aucun rabbin n’a pu l’enseigner à Muhammad, et il ne fait nul doute qu’il l’a entendu chez un prêtre.

Muhammad n’était pas un bédouin mais un commerçant de la tribu mecquoise des Qoraïches. N’importe quel résumé de la vie du Prophète de l’Islam permet de vérifier ce fait. Même un simple internaute de niveau Bac -5 peut vérifier ce fait. On constate donc que les racistes, une fois de plus, sont des escrocs qui mentent dès la première ligne qu’ils écrivent.

La religion pratiquée avant l’islam en Arabie était plus une adoration d’une triade de déesses que le culte des astres.

 

Mais ce qui est encore plus frappant et désarçonnant dans le Coran, est le nombre impressionnant d’anachronismes, d’erreurs, de bourdes, d’absurdités, de non-sens qui y pullulent. Jacob par exemple est considéré comme le fils d’Ismaël ! Et de la manière la plus déconcertante qui soit, le Coran parle de Myriam, la mère de Jésus comme s’il s’agissait de Myriam la sœur de Moïse et vis-versa.

Plus grave que cela. Le Coran ne sait pas comment épeler le nom de Ismaël et encore moins celui de Jésus qu’il écrit comme s’il s’était agi de Esaü, le frère de Jacob ! Ou encore lorsqu’il semble que Jésus est pris pour Josué, le successeur de Moïse !

Nous sommes dans un tel embrouillamini qu’on a l’impression que Muhammad a reçu en vrac ce que les rabbins et les prêtres lui racontaient et que dans sa tête tout s’est mélangé ! C’est d’ailleurs ce que lui reprochaient les bédouins de la Mecque qui conservaient leurs traditions polythéistes indigènes :  » Arrête Mohammad de nous bassiner et de nous ressortir les bobards que tu entends chez les Juifs et les Chrétiens ».

Les termes d’ « anachronismes » ou de « bourdes »  ne peuvent provenir que de gens qui ne comprennent pas que ce sont eux qui peuvent avoir des textes faux. Soit le polémiste considère que toutes les religions sont des inventions humaines et que donc les musulmans ont empruntés leurs textes aux chrétiens, qui les avaient emprunté aux juifs qui eux mêmes les avaient repris des Syriens (Eblaïtes) ou des Babyloniens, qui eux-mêmes les tenaient des antiques traditions sémitiques préhistoriques, soit il considère que les textes sacrés sont bien des révélations divines, que personne ne peut vérifier l’historicité des mythes contenus dans ces textes, et que donc personne ne peut savoir quel texte est juste et quel texte est déformé. Les musulmans considèrent que ce sont leurs écritures qui sont les plus récentes et donc les moins déformées.

Rappelons que les premières mentions écrites des noms propres David, Ismaël, Israël, Abraham et autres patronymes bibliques ont été relevées dans les tablettes éblaïques, en Syrie du nord, 2200 ans avant JC. On trouve toujours plus ancien que soi…

Les bédouins sont par définition des nomades. Abraham et autres patriarches étaient des bédouins éleveurs de bétail. Par contre les habitants de la ville de La Mecque étaient eux des urbains sédentaires et non des bédouins puisqu’ils habitaient dans une cité. Parler des bédouins de La Mecque est donc une erreur logique qui révèle l’intense stupidité de l’auteur qui se fait appeler David Bel. Les noms hébreux sont donnés dans leur version arabe puisque c’est dans cette langue qu’à été révélé le Coran. L’arabe est réputée être la plus ancienne des langues sémitiques, la plus proche du proto-sémitique originel. C’est l’écriture arabe qui est récente, dérivée de l’alphabet araméen comme l’écriture hébreu qui elle est directement reprise de l’araméen carré sans modification.

 

Muhammad se présente certes lui-même comme « le prophète illettré ». Mais cela ne veut pas dire qu’il était un sot. Loin de là ! Il a vite compris quel profit il pouvait retirer de l’animosité entre rabbins et prêtres. Il fallait donc les monter les uns contre les autres, et lui Muhammad en sortirait l’épingle du jeu. Il allait chez les rabbins, très pointilleux sur le monothéisme, et les caressait dans le sens du poil : « Ah les chrétiens, ce sont des « koufours » (hérétiques), ils aiment « ceux qui associent » (les polythéistes, selon la terminologie coranique) !  »

Puis, il allait chez les chrétiens et faisait de même en les flattant : « Ah ces juifs, ils ont rejeté les prophètes et Jésus. Vous par contre, vous êtes de vrais croyants ! » Et ainsi de suite, jusqu’au moment où il s’est senti suffisamment fort pour envoyer paître juifs et chrétiens et leur administrer un coup de pied au c…. bien placé. Ce qui est un euphémisme d’ailleurs, parce que à la place du pied, il a pris son épée pour les massacrer, comme à Médine ou à Khaybar.

Bref, Mohammad était un bédouin ignare certes, mais génial ! Il était également un débauché sexuel, doublé d’un pédophile sanguinaire, et j’en passe… L’important est que son ridicule Coran est devenu « le livre d’Allah par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel et de son envoyé Muhammad » pour un milliard d’individus sur terre.

 

On constate que le site France-Israël semble être tenu directement par des nazis, qui espèrent profiter de la montée du FN en France alors que ce parti représente un péril mortel pour les juifs de la planète. Reprendre la propagande des nazis est une erreur stratégique majeure de la part du Likoud, parti dont les ancêtres politiques collaboraient déjà avec les hitlériens dans les années 30.

Bel nous présente le Prophète comme un semeur de zizanie entre juifs et chrétiens. En réalité, la guerre entre juifs et chrétiens avait commencé longtemps avant l’islam et, à Najran, au nord du Yémen, le roi juif Dhou Nouwas a fait brûler vifs 20.000 chrétiens. Ceci ne s’est pas reproduit après l’avènement de l’islam dans la région. Belhassen transpose probablement sont propre cas. Lui même passe son temps à semer la zizanie entre les gens, et il pense que tout le monde est comme lui.

Le massacre des juifs armés de Médine était un acte de légitime défense, ces gens ayant appelé les païens pour faire exterminer les musulmans de la ville. Des massacres de païens bien pires ont eu lieu durant la conquête de la péninsule arabe et notamment celui des partisans de Mousaylama, un faux prophète concurrent de Muhammad. Après la victoire islamique, il n’y a plus eu de massacres de juifs ou de chrétiens par des musulmans. Par contre, en Europe, les carnages de juifs furent réguliers et sanguinaires, alors que ceux-ci étaient désarmés et innocents.

Le Prophète n’était ni plus ignare ni plus débauché que les Patriarches bibliques, la polygamie et le mariage jeune étant la règle à l’époque et la science de l’écriture peut répandue. Et d’ailleurs c’étaient ces Patriarches, Abraham, Isaac, Jacob et autres qui étaient des bédouins, pas Muhammad qui était lui un urbain.

 

 

Le leitmotiv du Coran est toujours que les Juifs ont falsifié la Torah et que les chrétiens ont falsifié les Evangiles. Seul lui, Muhammad, a reçu de l’Ange Gabriel l’authentique et exclusive « Ecriture sainte », le Coran rédigé en arabe. Hallelouiah ! Hamdoulillah ! Deo gracias !

Deux exemples parmi tant d’autres :  » Juifs ! Vous avez modifié la Torah de Moïse ! Vous rendez licite ce qui est prohibé et prohibé ce qui est licite! Moïse n’a jamais dit que le chameau était interdit à la consommation ! »

Et ensuite, à l’endroit des chrétiens :  » Vous êtes des menteurs ! Jésus n’a pas été crucifié ! C’est un autre qui l’a été à sa place ! « . Et ainsi de suite, tout au long du Coran.

Il demeure néanmoins un point crucial que nous n’avons pas abordé dans ce résumé « pour les nuls  » : l’éthique ! Comment expliquer la violence d’Allah, le Dieu du Coran, de Muhammad et de l’islam et de son jihad barbare ? Au lieu de s’adoucir par rapport à Yahweh, le Dieu de Moïse, du judaïsme et du Pentateuque qui a été rédigé 1400 ans avant le Coran et où les récits de massacres supposés, n’ont pas eu lieu réellement et ne sont racontés qu’a posteriori pour des besoins théologiques, ce Allah disais-je n’a fait que s’encanailler au fil du temps !

 

Le Coran est beaucoup moins violent que  la Bible. Il suffit de comparer les deux Livres pour le comprendre. Dire que les massacres de la Bible n’ont pas vraiment eu lieu et qu’ils ont été inventés pour des « besoins théologiques » c’est nier l’authenticité de ce Livre et donc, si tout cela est faux, il n’est même pas besoin de lancer de pseudo discussions théologiques. Les fascistes sont des escrocs. Il suffit d’attendre quelques lignes et on finit toujours par tomber sur un mensonge.

http://sunnite.over-blog.com/article-1613682.html

 

Et comment expliquer que  500 après que « Dieu le Père » du christianisme a « donné naissance » à un Hébreu galiléen qui prêchait la miséricorde, le pardon et l’amour du prochain, les musulmans en soient encore à couper une main à un voleur de pain, à pendre un homosexuel et à lapider une femme adultère, et ce jusqu’aujourd’hui, au XXIème siècle et encore et toujours au nom de leur Allah forcené !!!

Devant une telle régression éthique, des musulmans modérés cherchent aujourd’hui la petite bête :  » Ce n’est pas Jésus qui a aboli la lapidation de la femme au Ier siècle, mais des prêtres chrétiens qui ont glosé le texte et introduit ce passage dans l’Evangile de Jean au IVème siècle. »

Cela est évidemment faux. Si dans certains manuscrits des Evangiles, le péricope sur la femme adultérine sauvée par Jésus (« Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ») n’y est pas, c’est parce qu’au contraire il a été ôté par des évêques catholiques bigots et rétrogrades du IVème siècle qui craignaient « un relâchement des mœurs » et que « les femmes ne trompent leurs maris avec l’assentiment de Jésus-Christ » (sic!).

Le fasciste « Bel » n’a pas remarqué que c’est l’Eglise qui pourchasse les juifs depuis 2000 ans. Que c’est elle qui monte tout le monde contre eux. Que c’est elle qui les a fait brûler et massacrer partout où c’était possible.

La lapidation est un châtiment biblique non préconisé par le Coran. Dénoncer la lapidation « islamique » qui n’a pratiquement jamais été appliquée, c’est en réalité dénoncer les juifs qui sont parmi les inventeurs de ce type de châtiment.

La Bible préconise la mise à mort des homosexuels, bien que ce commandement ne soit pas mis en application pour l’instant, alors que le Coran n’en parle pas. Qu’on ne vienne pas dire que le Coran est plus dur que la Bible.

 

Mais voilà, ces billevesées confortent les musulmans prétendument « modérés » dans leur religion obscurantiste. Ils y trouvent prétexte pour ne pas bouger le doigt afin d’introduire quelques petits amendements au « texte sacré du Coran », et pour que l’humanisme dont ils se flattent et se gargarisent, puisse un tant soit peu montrer le bout de son nez.

Et qu’on ne nous abuse pas avec la nouvelle mode d’interpréter le Jihad comme « Guerre sainte intérieure dirigée contre les mauvais penchants ». Ce n’est qu’un plagiat de l’exégèse rabbinique de la « Guerre Sainte contre Amaleq », en tant qu’extirpation du principe du mal. Qu’on ne nous présente pas non plus le soufisme et ses derviches-tourneurs en quête d’un Dieu d’amour, comme quintessence de l’islam. Avant de se l’accaparer pour montrer patte blanche, l’orthodoxie musulmane a tout fait pour retrancher cette excroissance (voir le sort horrible qui fut réservé à El Hallaj le chantre du soufisme, supplicié à Bagdad en 922 après J.-C. pour avoir dit, entre autres, que Jésus et non Muhammad était un exemple à suivre !).

 

Le jihad peut aussi être une guerre de défense contre les exterminateurs islamophobes. Quant à l’exégèse rabbinique sur la guerre contre Amaleq, personne ne la connait dans le monde musulman. Il y a eu en Orient de multiples grandes civilisations, babylonienne, éblaïte, phénicienne, perse, égyptienne, ougaritique,  et les références juives ou chrétiennes ne sont que des éléments parmi beaucoup d’autres. Il faut éviter de se prendre pour le centre du monde.

 

Finalement, musulmans modérés ou extrémistes, modernes ou arriérés, humanistes ou jihadistes, le problème n’est pas là. Le vrai problème, c’est la cruauté d’Allah, et la criminalité de Muhammad, de son Coran et de son islam exécrable.

 

Les fascistes du Likoud n’ont pas compris que ce n’est pas dans le monde musulman que les juifs ont été persécutés mais en Europe. Ils sont un peu comme ces enfants martyrs qui vénèrent leur bourreau. S’ils n’arrivent pas à comprendre ce fait simplissime, les mêmes causes produiront les mêmes effets et le nazisme renaîtra de ses cendres.

 


Publicités

Une réflexion sur “Islamophobes : David Bel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s