Fausse laïcité : le cheval de Troie du fascisme

 

La fausse laïcité est le nouvel instrument des nazis, qui réussissent ainsi à recruter leurs futures victimes dans leurs mouvements racistes et anti-démocratiques. Rappelons que la vraie laïcité c’est l’autorisation pour tous de pratiquer sa religion sans avoir à se cacher. La fausse laïcité elle vise essentiellement les musulmans, les autres religions disposant d’écoles et d’institutions financées par l’Etat. Les musulmans qui veulent fonder des écoles sont la plupart du temps exclus des financements publics, ce qui oblige les plus pratiquants à fréquenter les écoles publiques et à se faire accuser de prosélytisme.

L’Hebdomadaire Marianne lance cette semaine une pétition pour la laïcité signée par de nombreux juifs, musulmans ou gauchistes, qui signent contre leurs propres intérêts. La liberté de pratiquer librement sa religion et de se vêtir selon ses goût ou convictions fait partie des droits de l’Homme fondamentaux. Si ce droit est supprimé ou limité, c’est toute la démocratie qui est menacée.

 

Etudions le texte de cet appel laïque, qui est en réalité un piège tendu par les nazis :

 

Hommes et femmes d’horizons philosophiques, politiques et professionnels différents, nous sommes inquiets de voir à quel point, face à l’action engagée par diverses mouvances religieuses et politico-religieuses pour attenter à la laïcité républicaine, la réponse politique demeure faible. Pour notre part, récusant autant ceux qui exploitent la défiance générale pour accentuer la fracture sociale et identitaire, que ceux qui rejettent toute analyse critique du multiculturalisme dans le camp des « réactionnaires » ou des « intolérants », notre démarche vise à défendre et faire vivre la laïcité sans blesser mais dans la clarté et la fermeté, à trouver des solutions sans heurter mais sans faillir.

 

Ces hommes et femmes ont pour point commun d’être des islamophobes et/ou des ennemis de la démocratie, hormis bien sûr les pigeons et les corrompus qui signent ce qu’on leur demande de signer sans même se rendre compte qu’ils signent là une condamnation à mort, les nazis exterminateurs qui sont à l’origine de cette pétition ayant l’intention d’éliminer les juifs, les musulmans et les vrais démocrates. Ce que ces fascistes appellent la fracture identitaire et le multiculturalisme, c’est tout simplement la diversité religieuse, ethnique, régionale. Il faut d’ailleurs remarquer que le régionalisme est peu dénoncé par ces jacobins. C’est surtout la religion issu des ex colonies qui est visée, et derrière elle le judaïsme cible depuis toujours des fascistes et des croisés. Les nazis ne tolèrent la diversité que régionale, et notamment celle des régions d’où ils sont issus, Corse, Bretagne, Alsace et autres. Ce sont les originaires de l’empire français qui eux devraient renoncer à tous leurs droits, alors même qu’ils ont largement contribués à la défense de la France lors des deux guerres mondiales.

 La laïcité — qui refuse les aspects politiques des religions et laisse à ces dernières toute liberté dans la vie sociale sous régime de droit commun — est globalement vécue dans notre pays comme une « tradition moderne », ce qui est parfois difficile à décrypter pour ceux venus d’ailleurs. Or aujourd’hui, la laïcité comme principe politique, code de vie collective et force morale, est remise en question par divers mouvances et groupes religieux qui rejettent « la démocratie des mécréants », la suprématie du droit civil sur les textes, à leurs yeux sacrés, avec un usage maîtrisé des radios communautaires et d’internet. Dans cet espace ainsi ouvert se rejoignent radicaux et orthodoxes issus des trois religions monothéistes pour exploiter à leur profit la crise ambiante, remettant notamment en cause les acquis du long combat pour l’égalité des sexes que l’on croyait clos et qui, à notre grande surprise, est à reprendre.

Les groupes qui rejettent la « démocratie des mécréants » sont des groupuscules manipulés par les services secrets fascistes dans le but de discréditer l’islam et de faire apparaître les bourreaux nazis comme de braves humanistes. Les fascistes qui prétendent défendre la démocratie sont en réalité des ennemis de la démocratie et non de simples xénophobes comme ils aiment à le faire croire. Ces fascistes qui dirigent actuellement le monde et en l’occurrence la France sont tous des tortionnaires du Mind Control la surveillance par satellite, et les signataires de cette pétition sont eux aussi plus que probablement des collabos de la répression satellitaire secrète. Ces gens sont des hypocrites ennemis des libertés dont l’action mène directement à une forme nouvelle de nazisme qui sera largement pire que l’ancienne en raison des nouveaux moyens technologiques qui sont actuellement disponibles. Ces fascistes sont contre l’égalité des sexes et contre la liberté sexuelles. Ils veulent au contraire instaurer le contrôle total de la société par la répression satellitaire et supprimer les libertés de tous les citoyens et pas seulement celles des musulmans. N’oublions pas que ceux qui s’en prennent à la liberté religieuse supprimeront toutes les autres libertés.

Notre propos n’est pas de nier l’existence d’une diversité ethnique, religieuse, culturelle ou autres, encore moins de réfuter le droit d’appartenir à telle ou telle communauté à la condition, toutefois, que celle-ci ne verse pas dans le communautarisme et reste ouverte sur l’extérieur, qu’elle facilite le va-et-vient en pensées et en individus entre le dedans et le dehors. Mais plus encore à la condition que, sachant indivisible notre République de citoyens, chacun se reconnaisse dans un fonds commun en histoire, en droits, en valeurs et en normes dont la laïcité est l’une des plus éminentes. Pour autant la laïcité n’est pas un dogme, on a le droit de manifester des opinions anti-laïques, mais on n’a aucunement le droit de transgresser les lois laïques votées par le Parlement.

Les fascistes prétendent combattre le communautarisme, notion qui recouvre en réalité le droit pour chacune de se défendre face aux fascistes et préserver ses droits dans le cadre de ce qui est prévu et autorisé par la loi. Les fascistes veulent imposer leur propre loi qui exige que les communautés soient « ouvertes sur l’extérieur ». Mais de quel droit formule-t-on des exigences qui ne sont pas prévues par la législation, surtout lorsqu’on sait que les communautés dominantes, grande bourgeoisie, nazis et autres sont des groupes totalement fermés sur l’extérieur, qui se reproduisent entre eux, qui ne laissent que des miettes pour le reste des citoyens et qui aujourd’hui voudraient obliger les autres groupes sociaux à s’ouvrir » contre leur gré ! C’est en réalité une véritable soumission à une tyrannie néocoloniale, bourgeoise et totalitaire qu’exige le nouveau fascisme. Les gens n’auraient plus le droit de vivre comme ils l’entendent, sauf lorsqu’ils font partie de l’oligarchie dominante ! C’est un retour au Moyen-Age, à l’Ancien Régime. Ceux qui sont informés sur la question du Mind Control savent de quoi je parle. Les normes dont parlent les hypocrites fascistes sont déjà fixées par la législation basée sur la Constitution elle même fondée sur la déclaration des Droits de L’Homme et du Citoyen. Les valeurs de base de la République ce sont les Droits de l’Homme, c’est la liberté d’expression, c’est la liberté de religion, c’est le droit d’aller et venir, c’est le droit à la vie privée, toutes ces valeurs haïes par les faux laïcs qui voudraient faire de la laïcité un instrument pour brimer les minorités d’une part et pour limiter les libertés de la majorité ethnique d’autre part. La liberté de conscience c’est la base de la démocratie et c’est cela que veulent supprimer les faux démocrates.

Or depuis une trentaine d’années, des mouvements se développent dans notre société qui semblent aller en sens inverse, du fait d’une immersion des peuples dans la mondialisation avec perte des repères, d’une circulation accentuée de populations poussées hors de leurs pays par la misère, les révolutions et les guerres théocratiques, fondamentalistes, interethniques et nationalistes. Ont ainsi surgi des exigences en matière de rituels vestimentaires, alimentaires, cultuels ou d’expression médiatique, qui sont loin de correspondre toujours aux demandes réelles de populations hétérogènes d’un point de vue économique et identitaire. Certains pays ont expérimenté sur ce terrain une attitude permissive, comme le Canada sous le couvert d’accommodements dits raisonnables, avant de reculer face aux incohérences des revendications et au risque d’un éclatement sociétal : tribunaux rabbiniques ou islamiques, jours fériés spécifiques à chaque religion, révision multiforme des programmes scolaires, pauses pour les prières sur les lieux de travail, formation au multiculturalisme de la police et des médecins, imposition de quotas pour certains recrutements et différents concours, etc. Ces accommodements s’imposent quelquefois au niveau mondial avec, depuis peu, l’autorisation du port du voile ou du turban sur les stades.

Les « guerres théocratiques » ce sont en réalité des guerres coloniales provoquées par ceux-là mêmes qui prétendent défendre la laïcité et jouer ainsi le rôle de faux humanistes alors qu’ils sont en réalité des nazis. On remarque une fois de plus que la dénonciation du multiculturalisme ne vise jamais les identités régionales puisque les fascistes sont le plus souvent originaires proches de ces régions. Personne ne France ne demande de tribunaux islamiques ou autres mais tous exigent que les lois soient les mêmes pour tous le monde, que les écoles confessionnelles soient disponibles pour toutes les religions, que la liberté de choisir ses habits soit respectée, que l’accès à toutes les professions soit possible pour les gens de toutes les origines, alors qu’on sait très bien que les fascistes organisent une discrimination secrète qui leur profite et qui lèse toutes les minorités. C’est la discrimination négative secrète qui oblige à mettre en place une discrimination positive. Ce sont les fascistes qui veulent imposer des lois totalitaires spéciales interdisant tel ou tel type d’habillement qui est normalement autorisé dans toute société démocratique qui considère que l’Etat n’a pas à imposer telle ou telle façon de s’habiller. Et ensuite les fascistes viennent prétendre que ce sont les minorités qui exigent un traitement privilégié !

 

 

De plus en plus en France, le flou juridique en matière de laïcité, doublé de l’indécision politique, favorise au sein de nombreuses institutions publiques et privées des « accommodements » mal vécus par une grande partie des professionnels et des usagers. Face à ces confusions — qui alimentent les extrêmes — ce sont aujourd’hui bien souvent les décisions prises par des acteurs de la société civile, sans toujours le garant de la loi, qui montrent courageusement la voie à suivre. Ce fut ainsi le cas pour la crèche Baby-Loup comme pour l’entreprise Paprec, en Seine-Saint-Denis, qui s’est dotée d’une charte de la laïcité, acceptée à l’unanimité des 800 représentants de ses 4 000 salariés, pour imposer un devoir de neutralité sur le lieu de travail où coexistent des employés de 52 nationalités.

Pour accueillir l’altérité, un pays se doit d’être solide sur ses pieds, confiant dans ses fondations, tout en étant capable, par ses structures d’accueil et en fonction de ses capacités, d’intégrer chacun sur la base de principes clairs expliqués et enseignés. Il appartient aux politiques et aux institutions de transmettre cette laïcité, qui reste par nature un formidable levier d’intégration puisqu’elle permet de rassembler tous les citoyens — et au-delà tous ceux qui vivent sur le territoire national —, quelles que soient leurs origines religieuses ou ethniques, qu’ils soient croyants ou non, sans la moindre distinction. Tous les citoyens et les responsables, quelle que soit leur sensibilité politique, sont concernés. Or nombre d’entre eux ne réagissent plus sur ce terrain, quand d’autres l’instrumentalisent d’un point de vue idéologique. Entre autres raisons, les résultats des dernières élections municipales et européennes ont durement sanctionné ce délaissement de nos valeurs par nombre de ceux qui avaient à les faire vivre. Ainsi de la laïcité. Il est grand temps de se ressaisir !

Tous ces gens qui parlent d’intégration sont en réalité les mêmes qui empêchent les gens de vivre et travailler, qui persécutent les citoyens et notamment les musulmans jusque dans leurs demeures. Ce sont les mêmes qui mettent en place des réseaux nazis dans l’administration, les entreprises, les partis politiques et qui font diversion en dénonçant les musulmans qui sont en réalité les premiers à défendre la vraie laïcité.

 L’habitude des fasciste c’est de dire le contraire exact de ce qu’ils pensent : quand ils parlent d’intégration c’est pour mieux la gêner, quand ils défendent la laïcité c’est en réalité pour imposer un modèle de religion unique ou de religion patriotique, systèmes qui ont mené à des guerres mondiales meurtrières et à une oppression sociale sans limite. Pour combattre l’oligarchie dominante il faut être unis et comprendre que lorsqu’on s’en prend à une minorité, ce sont toutes les autres qui sont visées (homosexuels, francs-maçons, juifs, régionalistes), ainsi que toutes les majorités opprimées par les pontes de la dictature et notamment les salariés qui deviennent de plus en plus des esclaves du patronat, corvéables et jetables sans modération, éternels lésés du partage des richesses. Depuis que le fascisme islamophobe dirige la France, les droits des salariés et des citoyens ne cessent de se réduire. Ce n’est pas un hasard. Surtout lorsqu’on sait que les médias islamophobes sont souvent la propriété de milliardaires racistes et anti-démocratiques.
Face aux ruses fascistes et leurs tentatives de créer des diversions pour faire oublier l’injustice sociale et limiter les libertés, il faut faire preuve d’un vigilance extrême et savoir qu’à la moindre erreur, c’est l’enfer nazi qui nous attend tous.
Publicités

Islamophobes : David Bel

 

 

Un exemple de propagande islamophobe du site proche du Likoud, Europe-Israël. Ce site se caractérise par sa propagande islamophobe d’extrême droite qui ressemble fortement à celle du FN et des partis néo-nazis. Ce site illustre la collusion existant entre fascistes israéliens et néo-nazis internationaux. Comme dans les années 30, les sionistes révisionnistes collaborent avec le nazisme et tentent de lui livrer le pouvoir en Europe. Ces fascistes juifs n’ont pas compris qu’ils figurent au menu des nazis qui ont l’intention de les pourchasser jusqu’en Terre Sainte dès qu’ils auront pris le pouvoir en Europe. Le problème des idiots, c’est que souvent, ils ne savent pas qu’ils le sont.

 

Voici donc un exemple de propagande islamophobe écrite par un islamophobe juif mal informé :

De nombreux articles sur le Coran, l’islam et Muhammad (Mahomet) sont publiés sur le site Europe-Israël. L’article (ou plutôt la vidéo) de Eric Zemmour intitulé  “ Ouvrez le Coran à n’importe quelle page, il y a écrit il faut tuer les juifs et les chrétiens !” a, à juste titre, déchaîné les passions parmi les intervenants. Cependant la plupart des lecteurs de ‘Europe-Israël’ qui y ont déposé leurs commentaires, sont de culture ou de religion juive ou chrétienne, et ne sont pas obligatoirement des experts du Coran.

Il est donc facile à un propagandiste musulman d’intervenir et d’affirmer : « Mais non ! Votre traduction de tel ou tel verset du Coran n’est pas la bonne. Elle est hors de son contexte. Il faut la « recontextualiser ». Et puis, vous ne savez pas l’arabe. Il faut interpréter tel verset comme ceci et non comme cela  » etc… etc…

Ces allégations sont évidemment une manière de piéger le lecteur non arabo-musulman qui se retrouve dans le meilleur des cas en train d’escrimer et d’opposer sa « mauvaise interprétation occidentale » à « la bonne et authentique » interprétation de l’interlocuteur arabo-islamique. « Traddutore = Tradditore », n’est-ce pas ?

Dans ces conditions, le dialogue devient rapidement stérile et l’intervenant arabo-islamique peut se défiler sans coup férir.

Contextualiser les textes sacrés, cela se fait dans toutes les religions et pas seulement dans l’islam. Personne n’applique le Lévitique à la lettre (pour l’instant). Seules certaines prescriptions sont toujours d’actualité.

 

Muhammad était un bédouin de la tribu de Qoraysh, vivant près de la Mecque, au Hedjaz (Arabie saoudite de nos jours). Il serait né aux alentours de 570 et « Muhammad » n’est pas son vrai prénom mais un surnom honorifique qu’il s’est octroyé pour des raisons théologiques (sur lesquelles nous ne pouvons nous étendre).

A cette époque, la majorité des bédouins autochtones arabophones avaient des croyances polythéistes et pratiquaient le culte des astres (surtout lunaire) et de la Ka’aba. Mais le judaïsme et le christianisme étaient bien présents et les rabbins judaïques et les prêtres chrétiens s’affrontaient dans des joutes théologiques  interminables. Muhammad a été incontestablement influencé à la fois par les rabbins que par les prêtres, et les versets du Coran (rédigés par Muhammad ou par des scribes du cercle de ses « fidèles ») sont une mixture imbuvable de judaïsme et de christianisme, comme si elles étaient les deux mamelles qui ont allaité Mohammad.

A tel point que certains historiens et exégètes ont imaginé un maître à penser de Muhammad appartenant à une secte chrétienne judaïsante, ou le contraire à une secte judaïque christique.

Peu nous importe présentement, mais le fait est que l’on trouve dans le Coran plus d’accointances avec le Pentateuque (la Torah) et le judaïsme qu’avec les Evangiles et le christianisme, du moins tel qu’on connaît ce dernier depuis le IVème siècle. Parmi ces accointances, la prohibition du porc, les lois sur la menstruation de la femme, le respect du Shabbat, etc …

Par contre, le Coran cite textuellement la parole d’Evangile : « Ils n’entreront au paradis que lorsqu’un chameau passera par le trou d’une aiguille », ou encore évoque le statut de Jésus, considéré comme un grand prophète, ayant même l’aura du prophète eschatologique du « Jugement dernier ». Et cela, aucun rabbin n’a pu l’enseigner à Muhammad, et il ne fait nul doute qu’il l’a entendu chez un prêtre.

Muhammad n’était pas un bédouin mais un commerçant de la tribu mecquoise des Qoraïches. N’importe quel résumé de la vie du Prophète de l’Islam permet de vérifier ce fait. Même un simple internaute de niveau Bac -5 peut vérifier ce fait. On constate donc que les racistes, une fois de plus, sont des escrocs qui mentent dès la première ligne qu’ils écrivent.

La religion pratiquée avant l’islam en Arabie était plus une adoration d’une triade de déesses que le culte des astres.

 

Mais ce qui est encore plus frappant et désarçonnant dans le Coran, est le nombre impressionnant d’anachronismes, d’erreurs, de bourdes, d’absurdités, de non-sens qui y pullulent. Jacob par exemple est considéré comme le fils d’Ismaël ! Et de la manière la plus déconcertante qui soit, le Coran parle de Myriam, la mère de Jésus comme s’il s’agissait de Myriam la sœur de Moïse et vis-versa.

Plus grave que cela. Le Coran ne sait pas comment épeler le nom de Ismaël et encore moins celui de Jésus qu’il écrit comme s’il s’était agi de Esaü, le frère de Jacob ! Ou encore lorsqu’il semble que Jésus est pris pour Josué, le successeur de Moïse !

Nous sommes dans un tel embrouillamini qu’on a l’impression que Muhammad a reçu en vrac ce que les rabbins et les prêtres lui racontaient et que dans sa tête tout s’est mélangé ! C’est d’ailleurs ce que lui reprochaient les bédouins de la Mecque qui conservaient leurs traditions polythéistes indigènes :  » Arrête Mohammad de nous bassiner et de nous ressortir les bobards que tu entends chez les Juifs et les Chrétiens ».

Les termes d’ « anachronismes » ou de « bourdes »  ne peuvent provenir que de gens qui ne comprennent pas que ce sont eux qui peuvent avoir des textes faux. Soit le polémiste considère que toutes les religions sont des inventions humaines et que donc les musulmans ont empruntés leurs textes aux chrétiens, qui les avaient emprunté aux juifs qui eux mêmes les avaient repris des Syriens (Eblaïtes) ou des Babyloniens, qui eux-mêmes les tenaient des antiques traditions sémitiques préhistoriques, soit il considère que les textes sacrés sont bien des révélations divines, que personne ne peut vérifier l’historicité des mythes contenus dans ces textes, et que donc personne ne peut savoir quel texte est juste et quel texte est déformé. Les musulmans considèrent que ce sont leurs écritures qui sont les plus récentes et donc les moins déformées.

Rappelons que les premières mentions écrites des noms propres David, Ismaël, Israël, Abraham et autres patronymes bibliques ont été relevées dans les tablettes éblaïques, en Syrie du nord, 2200 ans avant JC. On trouve toujours plus ancien que soi…

Les bédouins sont par définition des nomades. Abraham et autres patriarches étaient des bédouins éleveurs de bétail. Par contre les habitants de la ville de La Mecque étaient eux des urbains sédentaires et non des bédouins puisqu’ils habitaient dans une cité. Parler des bédouins de La Mecque est donc une erreur logique qui révèle l’intense stupidité de l’auteur qui se fait appeler David Bel. Les noms hébreux sont donnés dans leur version arabe puisque c’est dans cette langue qu’à été révélé le Coran. L’arabe est réputée être la plus ancienne des langues sémitiques, la plus proche du proto-sémitique originel. C’est l’écriture arabe qui est récente, dérivée de l’alphabet araméen comme l’écriture hébreu qui elle est directement reprise de l’araméen carré sans modification.

 

Muhammad se présente certes lui-même comme « le prophète illettré ». Mais cela ne veut pas dire qu’il était un sot. Loin de là ! Il a vite compris quel profit il pouvait retirer de l’animosité entre rabbins et prêtres. Il fallait donc les monter les uns contre les autres, et lui Muhammad en sortirait l’épingle du jeu. Il allait chez les rabbins, très pointilleux sur le monothéisme, et les caressait dans le sens du poil : « Ah les chrétiens, ce sont des « koufours » (hérétiques), ils aiment « ceux qui associent » (les polythéistes, selon la terminologie coranique) !  »

Puis, il allait chez les chrétiens et faisait de même en les flattant : « Ah ces juifs, ils ont rejeté les prophètes et Jésus. Vous par contre, vous êtes de vrais croyants ! » Et ainsi de suite, jusqu’au moment où il s’est senti suffisamment fort pour envoyer paître juifs et chrétiens et leur administrer un coup de pied au c…. bien placé. Ce qui est un euphémisme d’ailleurs, parce que à la place du pied, il a pris son épée pour les massacrer, comme à Médine ou à Khaybar.

Bref, Mohammad était un bédouin ignare certes, mais génial ! Il était également un débauché sexuel, doublé d’un pédophile sanguinaire, et j’en passe… L’important est que son ridicule Coran est devenu « le livre d’Allah par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel et de son envoyé Muhammad » pour un milliard d’individus sur terre.

 

On constate que le site France-Israël semble être tenu directement par des nazis, qui espèrent profiter de la montée du FN en France alors que ce parti représente un péril mortel pour les juifs de la planète. Reprendre la propagande des nazis est une erreur stratégique majeure de la part du Likoud, parti dont les ancêtres politiques collaboraient déjà avec les hitlériens dans les années 30.

Bel nous présente le Prophète comme un semeur de zizanie entre juifs et chrétiens. En réalité, la guerre entre juifs et chrétiens avait commencé longtemps avant l’islam et, à Najran, au nord du Yémen, le roi juif Dhou Nouwas a fait brûler vifs 20.000 chrétiens. Ceci ne s’est pas reproduit après l’avènement de l’islam dans la région. Belhassen transpose probablement sont propre cas. Lui même passe son temps à semer la zizanie entre les gens, et il pense que tout le monde est comme lui.

Le massacre des juifs armés de Médine était un acte de légitime défense, ces gens ayant appelé les païens pour faire exterminer les musulmans de la ville. Des massacres de païens bien pires ont eu lieu durant la conquête de la péninsule arabe et notamment celui des partisans de Mousaylama, un faux prophète concurrent de Muhammad. Après la victoire islamique, il n’y a plus eu de massacres de juifs ou de chrétiens par des musulmans. Par contre, en Europe, les carnages de juifs furent réguliers et sanguinaires, alors que ceux-ci étaient désarmés et innocents.

Le Prophète n’était ni plus ignare ni plus débauché que les Patriarches bibliques, la polygamie et le mariage jeune étant la règle à l’époque et la science de l’écriture peut répandue. Et d’ailleurs c’étaient ces Patriarches, Abraham, Isaac, Jacob et autres qui étaient des bédouins, pas Muhammad qui était lui un urbain.

 

 

Le leitmotiv du Coran est toujours que les Juifs ont falsifié la Torah et que les chrétiens ont falsifié les Evangiles. Seul lui, Muhammad, a reçu de l’Ange Gabriel l’authentique et exclusive « Ecriture sainte », le Coran rédigé en arabe. Hallelouiah ! Hamdoulillah ! Deo gracias !

Deux exemples parmi tant d’autres :  » Juifs ! Vous avez modifié la Torah de Moïse ! Vous rendez licite ce qui est prohibé et prohibé ce qui est licite! Moïse n’a jamais dit que le chameau était interdit à la consommation ! »

Et ensuite, à l’endroit des chrétiens :  » Vous êtes des menteurs ! Jésus n’a pas été crucifié ! C’est un autre qui l’a été à sa place ! « . Et ainsi de suite, tout au long du Coran.

Il demeure néanmoins un point crucial que nous n’avons pas abordé dans ce résumé « pour les nuls  » : l’éthique ! Comment expliquer la violence d’Allah, le Dieu du Coran, de Muhammad et de l’islam et de son jihad barbare ? Au lieu de s’adoucir par rapport à Yahweh, le Dieu de Moïse, du judaïsme et du Pentateuque qui a été rédigé 1400 ans avant le Coran et où les récits de massacres supposés, n’ont pas eu lieu réellement et ne sont racontés qu’a posteriori pour des besoins théologiques, ce Allah disais-je n’a fait que s’encanailler au fil du temps !

 

Le Coran est beaucoup moins violent que  la Bible. Il suffit de comparer les deux Livres pour le comprendre. Dire que les massacres de la Bible n’ont pas vraiment eu lieu et qu’ils ont été inventés pour des « besoins théologiques » c’est nier l’authenticité de ce Livre et donc, si tout cela est faux, il n’est même pas besoin de lancer de pseudo discussions théologiques. Les fascistes sont des escrocs. Il suffit d’attendre quelques lignes et on finit toujours par tomber sur un mensonge.

http://sunnite.over-blog.com/article-1613682.html

 

Et comment expliquer que  500 après que « Dieu le Père » du christianisme a « donné naissance » à un Hébreu galiléen qui prêchait la miséricorde, le pardon et l’amour du prochain, les musulmans en soient encore à couper une main à un voleur de pain, à pendre un homosexuel et à lapider une femme adultère, et ce jusqu’aujourd’hui, au XXIème siècle et encore et toujours au nom de leur Allah forcené !!!

Devant une telle régression éthique, des musulmans modérés cherchent aujourd’hui la petite bête :  » Ce n’est pas Jésus qui a aboli la lapidation de la femme au Ier siècle, mais des prêtres chrétiens qui ont glosé le texte et introduit ce passage dans l’Evangile de Jean au IVème siècle. »

Cela est évidemment faux. Si dans certains manuscrits des Evangiles, le péricope sur la femme adultérine sauvée par Jésus (« Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ») n’y est pas, c’est parce qu’au contraire il a été ôté par des évêques catholiques bigots et rétrogrades du IVème siècle qui craignaient « un relâchement des mœurs » et que « les femmes ne trompent leurs maris avec l’assentiment de Jésus-Christ » (sic!).

Le fasciste « Bel » n’a pas remarqué que c’est l’Eglise qui pourchasse les juifs depuis 2000 ans. Que c’est elle qui monte tout le monde contre eux. Que c’est elle qui les a fait brûler et massacrer partout où c’était possible.

La lapidation est un châtiment biblique non préconisé par le Coran. Dénoncer la lapidation « islamique » qui n’a pratiquement jamais été appliquée, c’est en réalité dénoncer les juifs qui sont parmi les inventeurs de ce type de châtiment.

La Bible préconise la mise à mort des homosexuels, bien que ce commandement ne soit pas mis en application pour l’instant, alors que le Coran n’en parle pas. Qu’on ne vienne pas dire que le Coran est plus dur que la Bible.

 

Mais voilà, ces billevesées confortent les musulmans prétendument « modérés » dans leur religion obscurantiste. Ils y trouvent prétexte pour ne pas bouger le doigt afin d’introduire quelques petits amendements au « texte sacré du Coran », et pour que l’humanisme dont ils se flattent et se gargarisent, puisse un tant soit peu montrer le bout de son nez.

Et qu’on ne nous abuse pas avec la nouvelle mode d’interpréter le Jihad comme « Guerre sainte intérieure dirigée contre les mauvais penchants ». Ce n’est qu’un plagiat de l’exégèse rabbinique de la « Guerre Sainte contre Amaleq », en tant qu’extirpation du principe du mal. Qu’on ne nous présente pas non plus le soufisme et ses derviches-tourneurs en quête d’un Dieu d’amour, comme quintessence de l’islam. Avant de se l’accaparer pour montrer patte blanche, l’orthodoxie musulmane a tout fait pour retrancher cette excroissance (voir le sort horrible qui fut réservé à El Hallaj le chantre du soufisme, supplicié à Bagdad en 922 après J.-C. pour avoir dit, entre autres, que Jésus et non Muhammad était un exemple à suivre !).

 

Le jihad peut aussi être une guerre de défense contre les exterminateurs islamophobes. Quant à l’exégèse rabbinique sur la guerre contre Amaleq, personne ne la connait dans le monde musulman. Il y a eu en Orient de multiples grandes civilisations, babylonienne, éblaïte, phénicienne, perse, égyptienne, ougaritique,  et les références juives ou chrétiennes ne sont que des éléments parmi beaucoup d’autres. Il faut éviter de se prendre pour le centre du monde.

 

Finalement, musulmans modérés ou extrémistes, modernes ou arriérés, humanistes ou jihadistes, le problème n’est pas là. Le vrai problème, c’est la cruauté d’Allah, et la criminalité de Muhammad, de son Coran et de son islam exécrable.

 

Les fascistes du Likoud n’ont pas compris que ce n’est pas dans le monde musulman que les juifs ont été persécutés mais en Europe. Ils sont un peu comme ces enfants martyrs qui vénèrent leur bourreau. S’ils n’arrivent pas à comprendre ce fait simplissime, les mêmes causes produiront les mêmes effets et le nazisme renaîtra de ses cendres.

 


Infiltration fasciste au Monde ?

 

La ligne éditoriale du Monde semble de plus en plus proche des thèses du Front National. Par exemple, dans l’exemplaire daté du 15 juin 2014, l’éditorialiste Claire Gatinois analyse les causes de la montée de l’extrême droite en Europe tout en reprenant à son compte la propagande de cette mouvance politique.

Gatinois prétend que les musulmans « importent » une culture et une religion « si différentes des nôtres ». En réalité, la liberté de culte est un des fondements de notre démocratie, un héritage de la Révolution de 1789 qui a abattu l’absolutisme et la dictature aristocratique. La liberté de culte, c’est notre culture, c’est la base de notre société. C’est l’intolérance religieuse qui est un élément externe à extirper des programmes politiques. L’intolérance religieuse est la base de toutes les dictatures, que se soit sous  forme d’islamophobie, de christianophobie , d’antisémitisme, ou sous la  forme de persécutions visant toutes les religions en même temps.

Le musulmans, issus pour la plupart de l’ex-empire colonial et incorporés à la culture française depuis plus d’un siècle, ne font que se conformer à l’idéologie en vigueur qui stipule notamment la liberté de culte. Les fascistes qui veulent limiter la liberté de religion ou persécuter les minorités sont eux des éléments extérieurs à la démocratie. Tout le monde se doute qu’après les minorités, ce seront les majorités (sociales, ethniques, religieuses) qui subiront la tyrannie de ces déchets fascistes, ces individus totalement corrompus moralement et intellectuellement, qui ne font de la politique que pour opprimer leurs concitoyens.

Gatinois, citant un pseudo chercheur, prétend que les Français auraient peur de « perdre leur identité » comme si le simple contact avec des étrangers faisait perdre une identité. La notion d’identité est d’ailleurs manipulée par les fascistes pour faire diversion et permettre la mise en place progressive de la dictature en utilisant la censure et la désinformation ce qui permet les résultats électoraux de l’extrême droite que l’on constate aujourd’hui. L’identité est un problème personnel qui ne concerne pas les politiciens. Dans chaque pays il existe de multiples identités régionales, religieuses, ethniques, sexuelles, sociales qui ne regardent que les individus et les communautés concernés.

Un des éléments de l’identité collective ce sont  les notions de liberté d’expression,  de religion, d’opinion, de droit à la vie privée, au travail, à un niveau de vie décent. Ces droits ne sont plus respectés depuis longtemps en Occident, et la situation risque de s’aggraver dans les années à venir. Les fascistes nous ont déclaré une guerre secrète qu’ils mènent avec du matériel satellitaire sophistiqué secret lui aussi. Ces fascistes veulent supprimer toutes nos libertés. Ils veulent nous écraser, nous dominer, jouir de nos souffrances. Ces déchets de la société veulent prendre leur revanche sur les citoyens ordinaires. Ces nazis sont incapables de vivre sans persécuter les autres. Il faut tuer le serpent fasciste dans l’œuf et ne pas laisser ces salopards prendre le  pouvoir en Europe. Sinon, un avenir atroce se profile pour l’Occident.

Citant un autre fasciste, Gatinois affirme que « l’enjeu est d’empêcher l’étranger de s’accaparer des richesses » . Dans les faits, ce sont les 1% de riches qui accaparent les richesses des nations, et les étrangers sont généralement encore moins bien lotis que les citoyens ordinaires qui sont déjà à la limite de l’indigence partout en Europe. Dénoncer les étrangers est une diversion qui profite aux riches et qui rend toute révolution ou mouvement social conséquent impossible. Face aux forces du fascisme et du grand capital, seul un front uni des citoyens et des travailleurs de toutes origines peut permettre une résistance efficace. La division n’engendrera que la soumission à la tyrannie et la perte de tous les droits des citoyens.

Les fascistes sont des partisans de l’inégalité entre les classes et de la suppression de toutes les libertés pour les citoyens. Ils veulent tout l’argent et tout le pouvoir pour eux seuls alors qu’ils ne disposent d’aucune qualité particulière et sont même souvent d’un niveau inférieur à la moyenne.

Les fascistes sont les seuls à profiter de la crise économique et du terrorisme. Ils sont nombreux  dans la finance et les sociétés de surveillance. Ils savent que chaque crise les approche un peu plus du pouvoir. Ils bloquent par tous les moyens les hausses de smic que se soit au niveau national ou européen. Les fascistes fortunés et leurs amis les grands bourgeois représentent ce que la société produit de plus médiocre, de plus inutile, de plus dégénéré. Ces gens ont tout hérité, y compris leur emploi. Ils n’ont pas de qualité. Ils sont un poids mort pour la société. Depuis qu’ils ont pris le pouvoir dans les année 1990, la croissance en Occident est très faible, les inégalités s’accroissent, les libertés publiques disparaissent. Ces gens transforment progressivement la planète en un gigantesque Goulag, dirigé par des fils à papa incapables et cruels.

Il est clair que les nazis ont infiltré la presse, les télévisions, les radios, les Loges, les Eglises et les partis politiques démocratiques. Il faut que les citoyens s’organisent et dénoncent sans relâche le complot fasciste. Avant qu’il ne soit trop tard.

Pour résumer, l’islamophobie est l’arme fatale des fascistes actuels comme l’antisémitisme était celle des nazis des années 30. L’islamophobie est devenue le fer de lance de tous les racismes et de tous les totalitarismes.Si elle n’est pas combattue avec suffisamment de force, les nazis prendront le pouvoir et détruiront nos libertés dans très peu de temps.

Propagande islamophobe, RL1

 

Le fanatisme islamophobe est répandu par un certain nombre de sites du Net et notamment par Riposte Laïque,  site proche de l’extrême droite qui se caractérise par son extrémisme. Tous les intervenants écrivent leurs articles racistes sous des pseudos qui peuvent être arabes, français, juifs, ou d’autres origines. Il faut étudier cette propagande article par article et montrer sa proximité avec la propagande nazie des années 30 dont le but était comme on a pu le constater la suppression de la démocratie, l’extermination des juifs et la guerre mondiale.

Le but final des islamophobes, c’est l’extermination des musulmans et l’établissement d’une dictature nazie sur toute la planète. Il ne faut pas ignorer ces faits et jouer les autruches sous peine de ne réagir que lorsqu’il sera trop tard. Etudions un texte de Salem Benammar paru sur le site Riposte Laïque http://ripostelaique.com/lislamisme-est-a-lislam-ce-que-lhitlerisme-est-au-nazisme.html

Il n’y a pas plus d’islam politique que de nazisme religieux

Il n’y a ni islam politique, ni islam cultuel, ni islam civil, ni islam accommodé à toutes les sauces et pour tous les goûts. C’est le Coran et le glaive, Mahomet a laissé en héritage aux musulmans un islam dictatorial, raciste, antisémite, génocidaire, expansionniste, impérial, destructeur des peuples et des cultures, liberticide, unitaire et totalitaire qui veut créer un modèle standard pour tous les humains, façonnés dans le même moule sans qu’ils aient la moindre latitude d’y remédier à cause de son essence divine le rendant immuable et intemporel.

 

Dans un premier temps, la ruse du pamphlétaire consiste à associer islam et nazisme alors qu’en réalité, les musulmans sont la cible des nazis et se réclament d’une religion aux valeurs totalement opposée à celles du nazisme, le dogme islamique étant ontologiquement antiraciste puisque le Coran nous dis que  Dieu a divisé les hommes en peuples pour qu’ils puissent se connaître et que les plus méritants aux yeux de Dieu sont les plus pieux. Le Prophète a toujours coopéré avec des gens de diverses origines et notamment les Abyssins et les Perses. Pour résumer, sans vouloir vexer quiconque, le Coran est beaucoup plus antiraciste que la Bible qui voue aux gémonies la plupart des peuples de l’Antiquité.

L’islam s’oppose à la dictature puisqu’il valorise la règle de la consultation et du consensus et fait de la modération politique un dogme. La communauté islamique doit être celle du juste milieu. L’expansion islamique a eu pour résultat d’unifier les peuples d’Orient et notamment les chamito-sémites unis par une origine commune et des langues apparentées. La conquête islamique a aussi délivré les peuples de l’Orient de la double tyrannie byzantine et sassanide. Les musulmans ont été accueillis comme des libérateurs par les juifs persécutés et les chrétiens dissidents écrasés par la tyrannie des dogmatiques grecs qui prétendaient représenter le christianisme véritable alors que celui-ci était en réalité une création sémitique. Les pires ennemis des chrétiens « hérétiques » étaient les Byzantins qui opprimaient notamment Syriens et Egyptiens en leur imposant des dogmes présentés comme la vérité suprême.

L’islam n’a jamais été judéophobe ou christianophobe. Les versets visant juifs et chrétiens étaient dirigés contre ceux qui agressaient les musulmans de l’époque et notamment les juifs de Médine qui collaboraient avec les païens pour nuire à la communauté de Muhammad. Lorsque le problème a été réglé et qu’un accord a été trouvé, les relations entre les deux communautés sont devenues excellentes et en tous cas meilleures que celles prévalant entre juifs et chrétiens dans la péninsule arabe avant l’islam. Par exemple chacun sait que des milliers de chrétiens ont été exterminés à Najran par un roi juif du Yémen.

Les musulmans n’ont pas commis de génocide visant les non-musulmans. Lorsque des massacres ont été commis par exemple par les Mongols de Tamerlan et autres, les musulmans ont été autant sinon plus massacrés que les membres des autres religions. Le génocide des Arméniens a été accompli par les Jeunes-Turcs, mouvement islamophobe, avec la complicité des puissances européennes.

Toute la propagande islamophobe de Riposte Laïque n’est qu’un ramassis de préjugés et d’assertions diffamatoires visant à la perpétration d’un génocide de musulmans en Europe et à la suppression de la démocratie.

 

Le musulman dépourvu de volonté propre en tant que propriété de son créateur ne peut accomplir les moindres actes de la vie même les plus insignifiants s’ils ne sont pas dans l’esprit de sa religion et conformes à sa Loi. La religion est le seul moteur de sa vie, elle est son seul mode de gouvernement en vertu de la règle inaliénable la Loi d’Allah, lois des hommes. Inutile pour les hommes de légiférer, concevoir, penser, élaborer des règles pour la vie courante, définir des cadres pour leurs relations sociales, économiques, politiques, sexuelles, il leur suffit d’appliquer à la lettre la Loi parfaite d’Allah qui est la seule Loi qu’ils sont tenus de suivre en dehors de toute autre s’ils ne veulent pas dévier du chemin tracé minutieusement par le grand Topographe.

 

Cette critique pourrait s’appliquer au judaïsme, ce qui prouve bien que les islamophobes non-juifs sont en réalité des antisémites refoulés. Les lois islamiques ne couvrent pas tous les domaines et peuvent être interprétées de manière différentes selon les sensibilités. Tous les pays musulmans ont une législation, la plupart du temps inspirée par la charia lorsque c’est possible et chacun de ses pays interprète la loi islamique à sa manière. D’autres choisissent de s’inspirer des codes civils européens issus des Grecs et des Romains. Dans tous les cas, l’application des lois islamiques, juives ou autres nécessitent une étude poussée et les compétences de juristes spécialisés. Le « il leur sufffit » ne tient pas debout compte tenu de la complexité de l’application des législations quelles qu’elles soient. Ce que veulent mettre en cause les penseurs néocoloniaux, c’est l’existence de lois non inspirées par les législations occidentales. Ces gens ne supportent pas que les divers pays du monde puissent avoir leur propre civilisation. Ils voudraient transformer ces gens en sous-occidentaux.

Tous les historiens savent que le meilleur moyen pour les nations pour se développer c’est de se baser sur sa propre culture et de la développer jusqu’à atteindre une certaine forme de modernité non calquée sur la modernité occidentale.

 

Contrairement aux chrétiens qui ont toute la liberté de mettre en place une société qui semble le mieux convenir à leurs valeurs, qui ne sont plus les esclaves de Dieu mais ses fils comme le rappelle dans ses épîtres Saint Paul, sans qu’ils soient pour autant soumis à un code immuable ou à la seule autorité de la Loi divine selon Saint Pierre, les musulmans ne jouissent d’aucune marge de liberté dans la réalisation de leur vie temporelle qui émane uniquement d’Allah. Le pouvoir dans toutes ses formes est à Allah et à celui qui l’exerce en son nom , le Calife, qui concentre entre ses mains le politique et le religieux. Il est pape et roi à la fois aux antipodes du christianisme où le spirituel est au pape et le politique est au roi. L’islam est fondamentalement théocratique, il est l’antithèse-même du christianisme. D’où l’impossibilité d’imaginer l’émergence de sociétés démocratiques dans un système de croyance aussi totalitaire qui se veut dine (religion), dawla (Etat), dounia (monde ou cité).

 

Les musulmans ne croient pas que Dieu ait des fils. Et alors, où est le problème ? Ces critiques de l’islam de la part des fascistes paraitraient à la fois anachroniques et ridicules s’elles ne portaient en elles des menaces de génocides, de dictature et de guerre mondiale. C’est tout de même le catholicisme qui a généré l’Inquisition et a persécuté les Lumières pendant des siècles et le protestantisme se base lui sur l’Ancien Testament qui fait l’apologie des génocides des peuples de l’époque, cananéens et autres, qui propose d’appliquer la peine de mort aux homosexuels (alors que le Coran ne parle pas du sujet), et qui justifie les pires atrocités. Les Califes étaient des chefs spirituels et temporels mais les monarchies européennes étaient elles de droit divin. C’était la mode à l’époque et ça n’a pas empêché l’émergence de semi-démocraties en Occident, après toutefois quelques révolutions sanglantes sans lesquelles rien n’aurait été possible en termes de droits de l’homme.

De plus, tous ces islamophobes réactionnaires sont en réalité ennemis des démocraties, ennemis des révolutions, ennemis des droits de l’homme et ne veulent conquérir le pouvoir en utilisant l’islamophobie que pour supprimer tous les droits acquis depuis 1789 en France.

La ruse des nouveaux fascistes, c’est de feindre de défendre les valeurs démocratiques pour mieux les détruire intellectuellement. Par exemple ces gens prétendent défendre la démocratie en développant le racisme qui en est l’antithèse. De cette manière ils peuvent récupérer d’anciens gauchistes qui n’ont pas encore compris que ce sont les citoyens les véritables cibles des nazis. Les fascistes ont toujours, depuis 1945, joué les défenseurs des libertés, d’abord contre le communisme et ensuite contre l’islamisme. Le meilleur moyen de ne pas être accusé de fascisme c’est d’accuser les autres, musulmans, gauchistes, communistes, écologistes. Ces fascistes prennent progressivement la direction de tous les médias publics et privés et sont en passe de prendre le pouvoir par les élections sans que personne ne semble s’en inquiéter. En France, le FN a approché les 25% des suffrages exprimés lors des élections européennes de 2014. Pour l’instant il joue au brave démocrate ami des libertés et ennemi de la corruption. Quand il sera au pouvoir, il baissera le masque et les citoyens comprendront que l’islamophobie  n’était qu’une ruse pour instaurer une dictature d’extrême droite en France.

 

 

Fascisme et islamophobie

Le but de ce blog est d’étudier les liens entre fascisme et islamophobie et de démonter la propagande islamophobe qui n’est en réalité que de la logomachie antisémite dirigée contre les musulmans. Le but du discours islamophobe est de légitimer le néo-colonialisme, l’impérialisme, le fascisme et le nazisme. Si ce discours n’est pas contré, il est probable que les nazis prendront le pouvoir partout dans le monde et provoqueront une fois de plus guerre mondiale et génocides.