Mind Control : le coup d’Etat secret

La répression du Mind Control s’apparente à un coup d’Etat : un groupe de fascistes, composé de politiciens, militaires, policiers, mafieux, patrons, journalistes, a décidé de confisquer la démocratie en manipulant secrètement les élites par ondes électromagnétiques. Les satellites de surveillance pilotés par ordinateurs permettent de filmer et enregistrer à travers le murs, de lire dans les pensées, de ventriloquer, de torturer et tuer à distance. Le Mind Control est une arme imparable aux mains des fascistes. Ceux qui détiennent le Mind Control dirigent en réalité le monde, en France, en Europe et partout ailleurs.

Les putschistes du Mind Control organisent le terrorisme. Ils manipulent des paumés par ondes satellitaires et les poussent au crime. Ils organisent les attentats de manière très précise, dans le but de renforcer l’extrême droite et de limiter les libertés publiques.

Les putschistes ont aussi mis sous surveillance l’ensemble des journalistes, qu’ils espionnent et punissent en fonction de leurs attitude avec le FN. Les anti-fascistes sont gênés de diverses manières : maladies, divorces, problèmes professionnels. Les autres sont progressivement remplacés par des amis des putschistes ou des agents secrets. Comme par hasard, ces journalistes n’ont jamais rien remarqué de louche dans les versions officielles des attentats fournies par les hommes de l’Etat. Il semble que toute critique des putschistes soit formellement interdite pour tous les médiacrates.

Le Mind Control est en  passe d’instaurer une dictature omnipotente en France et dans le monde. Personne ne peut résister aux ondes satellitaires. Peu à peu, la démocratie est limitée et, progressivement nous entrons dans un système proche de celui décrit par Orwell dans le Meilleur des mondes.

Face au coup d’Etat du Mind Control, il est temps que les élites réagissent, si elles ne veulent pas finir esclaves des fascistes qui dirigent la répression.

Le terrorisme vient des racistes

A qui profitent les attentats « islamistes » ? Aux islamophobes, aux racistes et aux fascistes, bien sûr. Chaque attentat est le prétexte à des lois liberticides qui finissent par donner tous les pouvoirs aux hommes de l’Etat. Chaque attentat est l’occasion de dénoncer les musulmans « extrémistes », alors même que l’islam interdit le  meurtre d’innocents et le suicide. Prétendre que des musulmans organiseraient des attentats qui ne profitent qu’aux racistes et qui sont interdits par l’islam, est de la pure propagande fasciste. Depuis l’attentat du Reichstag en 1933, on sait que les fascistes utilisent systématiquement le terrorisme pour prendre le pouvoir. Il n’y a jamais de démission des responsables de la sécurité après les attentats, tout simplement parce que ce sont les services secrets eux-mêmes qui téléguident ces attentats, en utilisant les satellites du Mind Control, qui permettent de diriger à distance des individus par ondes électromagnétiques. Ce sont les hommes de l’Etat eux-mêmes qui organisent le terrorisme, et ils ne vont donc pas virer des gens qui ne font que suivre leurs instructions.

Tous les racistes, et notamment les racistes islamophobes sont des terroristes en puissance. A chaque attentat, ils se réjouissent. A chaque attentat, ils montent dans les sondages. Les racistes sont des terroristes potentiels. Ils organisent le terrorisme pour faire accuser les musulmans. Tant que l’extrême droite n’aura pas été démasquée pour son rôle dans le terrorisme, le problème ne sera pas réglé. En France, Claude Hermant, fasciste et indic de la gendarmerie qui a armé Amédi Coulibaly le tueur de l’hypercacher de Vincennes, ne représente que la partie émergée de l’iceberg du terrorisme fasciste. La totalité du terrorisme « islamiste », vient des fascistes. L’islam interdit sans ambigüité le terrorisme visant délibérément des civils. Le terrorisme vient des racistes. Tous les racistes sont susceptibles d’organiser un jour des attentats terroristes. Tous les racistes, et notamment ceux infiltrés dans la politique et les services de sécurité doivent être suspectés.

Targeted Individuals : leur vie est un enfer

La répression illégale du Mind Control a pour but de faire taire toute critique contre les hommes de l’Etat et l’oligarchie internationale. Le moyen utilisé est de faire vivre les ciblés en enfer, toute leur vie, sans que ceux-ci ne puissent porter plainte, puisqu’officiellement le Mind Control n’existe pas.mind_control

Le Mind Control, c’est ce système de surveillance par satellite qui permet de filmer à travers les murs, de suivre le ciblé 24h/24, de lire dans les pensées, de torturer et tuer à distance. Des ondes électromagnétiques très puissantes peuvent ainsi diriger la vie des gens, et plus précisément détruire la vie de ces gens.

Les targeted individuals ou individus ciblés sont d’abord repérés et espionnés par les forces du mal : on surveille leurs habitudes, on lit dans leurs pensées et souvenirs, on identifie leurs amis ou les membres de leur famille. Ensuite, les sévices commencent : harcèlement au travail, licenciements, divorces, accidents de voiture, incidents divers. Puis, après quelques années, la torture maquillée est mise en place : vomissements, énervements, impuissance,insomnies… Des rixes sont organisées pour agresser le ciblé par personnes interposées. Ensuite, après 10 ans de harcèlement léger, on passe aux choses sérieuses : torture cardiaque, neurophone (V2K), torture des yeux, cassage de dents, scalpage, prise de poids provoquée,  étouffements, montées de tension artérielle, douleurs cérébrales…

Les fascistes du Mind Control, au service d’une classe politique corrompue et fascisante, font de la vie du ciblé un enfer. Mus pas une haine de vieux psychopathes enragés, ils se déchaînent contre le ciblé : fuites d’eau, pannes de voiture, torture, isolement social, chômage… La vie du ciblé ressemble alors à un interminable chemin de croix, le ciblé étant insulté toute la journée par les voix silencieuses du neurophone. Entre torture et insultes, le ciblé finir par comprendre qu’il passera sa vie en enfer, pendant que les corrompus et les fascistes continuent de s’enrichir et de se pavaner en pourrissant la vie des gens honnêtes et préparant l’avènement du fascisme le plus dur.

La question que tous se posent est de savoir pourquoi les TI sont ciblés : dans les faits, tout le monde peut-être un jour ciblé, s’il a déplu à un individu important. Une bonne partie des TI sont des internautes qui se sont permis de critiquer les hommes de l’Etat ou les politiques suivies. Souvent, les TI sont de gauche, ce qui déplait à l’oligarchie secrète qui dirige le monde. Le TI peuvent aussi être issus de diverses minorités ethniques ou religieuses : musulmans, juifs, noirs et autres sont des cibles privilégiées. Le Mind Control déteste également les individus entreprenants qui gênent la vieille élite. Il déteste les esprits originaux et les non corrompus. Les gens honnêtes sont le cauchemar des voyous de l’oligarchie. Le Mind Control, dirigé par des vieux riches et puissants, n’apprécie pas non plus les gens plus jeunes qu’eux-mêmes, c’est à dire la quasi totalité de la population. Pour résumer le Mind Control vise les gens indépendants, non fascistes, ambitieux, de gauche, ayant réussi dans la vie. Il vise aussi les cas sociaux, les petits délinquants, les membres de minorités. Le Mind Control est donc raciste, fasciste, envieux, haineux. Cette milice de l’oligarchie internationale représente un menace pour la démocratie et le genre humain.

Un jour, les ex démocraties regretteront d’avoir livré les targeted individuals aux mains des fascistes et des mafieux.

François Hollande : raciste, islamophobe

thkf0n8vrb

 

François Hollande s’est fait élire avec 90% des voix des banlieues. Celles-ci auraient mieux fait de venir voter pour Martine Aubry aux primaires de 2011. Hollande est un islamophobe raciste et un lepéniste, tout le monde ou presque l’a compris maintenant. Depuis 5 ans, il insulte, par le biais de ses journalistes, les musulmans tous les jours à la télé, les traitant de « djihadistes » « salafistes » et autres épithètes devenues péjoratives en raison de leur emploi erroné par les médias.

Hollande a fait entrer des milliers de lepénistes dans les médias, la police, l’administration. Le but de François Hollande est de mettre le FN au pouvoir en France. Pour cela il invite ce parti tous les jours à la télé depuis 5 ans. Cet appui au FN a affaibli le PS et non la droite. Hollande n’a jamais été socialiste ni même de gauche. Il est issu d’une famille d’extrême droite proche de l’OAS et est lui même un raciste d’extrême droite. Hollande a organisé le massacre des musulmans de Centrafrique et est responsable de la guerre civile en Syrie. C’est lui qui a armé les rebelles et les a poussés à la guerre civile, avant des les abandonner quelques années plus tard et de les livrer au régime. C’est lui qui a envoyé dans le pays des milliers de terroristes chargés de salir l’islam et d’attaquer les rebelles dans le dos. C’est probablement lui qui a favorisé les attentats « islamistes » qui ont endeuillé la France. Il est responsable de la guerre civile en Syrie et un tribunal international devra enquêter sur ce sujet.

Il faut maintenant espérer qu’Hollande ne va pas nous mettre le FN au pouvoir et plonger ainsi la France dans la dictature pendant des décennies. Avec la Loi Travail, Hollande a prouvé qu’il était un ultra-libéral ennemi des salariés qui l’avaient élu. Pour défendre cette loi, il a choisi une ministre d’origine arabe, de manière à ce qu’elle se fasse huer à sa place.

Alors qu’il avait promis le droit de vote pour les étrangers extra-communautaires, il a dans les faits tenté de mettre en place une loi sur la déchéance de nationalité, loi d’inspiration pétainiste que même la droite n’avait jamais demandée.

Hollande est un raciste. Au lieu de s’en prendre à la police, les banlieues devraient comprendre que c’est lui qui est à l’origine de leurs problèmes. Hollande est un lepéniste qui a corrompu à la fois la droite et la gauche. Il faut, que dans l’avenir, il ne soit  plus possible à ce genre d’individu de tromper les électeurs et de profiter des votes de la gauche pour mettre en place un gouvernement d’extrême droite. Il faut que les candidats soient obligés de tenir leurs promesses. La question du referendum révocatoire doit être étudiée. Il n’est plus question qu’on fasse perdre aux citoyens encore 5 ans.

 

 

 

 

Le vrai visage des mollétistes

Beaucoup on oublié que les mollétistes furent des tortionnaires durant la guerre d’Algérie. Ces gens qui prétendent être de gauche sont en réalité des nazis infiltrés à gauche. Ce sont eux qui ont créé le poujadisme et le lepénisme. Dès qu’ils arrivent au pouvoir, comme par hasard, l’extrême droite monte. Les tortionnaires prétendaient vouloir faire parler les prisonniers pour leur faire avouer où ils avaient mis des bombes, alors qu’en réalité la plupart des attentats étaient organisés par l’OAS ou les colonialistes eux-mêmes.Un témoignage cité par Joseph Algazy dans son livre L’extrême droite en France : 1965- 1984 (page 213), donne un aperçu de la véritable nature du mollétisme :

torturecolonialism

Durant le mois de février, mars et début avril 1957, la « villa des roses », sise 74 boulevard Galleni, à El-Biar (banlieue d’Alger) abrita une unité de parachutistes étrangers commandée par le capitaine Martin. Celle-ci y avait installé ses bureaux d’interrogatoires et leur complément désormais indispensable : les locaux de torture.

L’un des chefs qui administraient la « question » et dirigeaient la torture n’était autre que le lieutenant Le Pen, député à l’Assemblée Nationale.

Le Pen, accompagné de ses hommes, en civil ou en uniforme, procédait aux enlèvements (le buraliste de rue d’Isly fut enlevé par des civils et le Cheikh Tebessi par des hommes en uniformes).

Les personnes enlevées étaient séquestrées dans la villa durant des semaines. Le suspect était d’abord accueilli par les paras, Le Pen en tête, à coups de pied et de poing jusqu’à l’abrutissement complet. On commençait ainsi par le mettre en disposition de reconnaître sa participation à un attentat, sabotage ou action quelconque : s’il protestait de son innocence, on lui administrait alors le supplice des électrodes.

Le Pen en assumait la direction ; il déshabillait complètement la victime, lui liait pieds et poings, l’aspergeait d’eau et lui bandait les yeux. C’est alors qu’il lui administrait plusieurs décharges électriques.

Si le « patient » arrivait à supporter le choc et persistait dans ses dénégations, on lui plaçait sur la tête, pendant des heures, un casque relié par fil à une prise de courant. La douleur, absolument intolérable, faisait hurler ceux qui subissaient cette coiffure. Pour varier ses « réjouissances », Le Pen plaçait sur les oreilles de « l’inculpé des électrodes, et les y laissait jusqu’à ce que la chair fût complètement brûlée.

Puis l’on administrait à ceux, très rares, qui proclamaient encore à ce stade leur innocence, le supplice de l’eau, qu’on leur faisait ingurgiter de force avec un tuyau… Parfois le corps du « suspect » était tailladé de coups de couteau.

Ces tortures duraient des semaines, à raison de deux ou trois séances par jour. Dans l’intervalle des interrogations, les « inculpés » étaient jetés, les mains liées, dans une tranchée profonde de 1,60 m à 1,70 m environ.

Dans cette fosse, trop courte pour permettre au détenu de s’allonger, trop étroite pour lui permettre de se retourner, l’infortuné était jour et nuit sous la menace de la mitraillette du geôlier.

Nous ne saurions omette de mentionner ici que quelques gardiens, des soldats étrangers, absolument écoeurés, n’ont pas hésité à prodiguer, à l’insu de Martin et de Le Pen et autres gradés, quelques soins aux suppliciés. Parmi ces militaires de coeur, il y avait également des Français : nous nous rappellerons de l’attitude humaine des soldats Berniche, Paris, Laboriot, et d’autres encore.

Toutefois les souffrances endurées lors des interrogatoires étaient tellement atroces que, dès les premières séances, le « suspect » aurait accepté la mort comme une bienheureuse délivrance. C’est pourquoi un grand nombre de « pensionnaires » de la « villa des roses » ont tenté de se suicider. Le nommé Dahman fut tellement insulté, frappé, brutalisé, et supplicié par Le Pen qu’il s’égorgea et fut transporté mourant à l’hôpital.

Mais les activités de Le Pen débordaient le cadre de la « villa des roses ». Il sévissait également dans une autre villa : la « villa Susini », depuis longtemps connue des Algériens comme lieu de tortures.
Là il fit jeter de l’essence sur le visage d’un détenu et y mit le feu. La victime défigurée fut, dans cet état, écrouée à la prison de Barberousse à Alger. La dernière trouvaille de Le Pen : avant qu’il ne quittât le service des Renseignements(!) fut de les extorquer en « travaillant » les ’suspects » au chalumeau.

Tels furent en Algérie, les hauts faits d’armes de Le Pen, député de surcroit, qui lui valurent une décoration des mains du général Massu. Tout cela se passait  sous le gouvernement socialiste de Guy Mollet, avec comme ministre de l’intérieur François Mitterrand, en application de pouvoirs spéciaux votés par le PCF.

 

Attentat de Berlin : un complot raciste

L’attentat de Berlin du 19/12/2016, perpétré par un camion fou, est l’ultime avatar du complot raciste qui vise les musulmans d’Allemagne, des Etats-Unis et du monde. Quand ils veulent nuire aux musulmans, les racistes manipulent l’un d’entre eux par satellite du Mind Control, et le téléguident pour commettre un acte criminel. Les ondes électromagnétiques satellitaires permettent de prendre le contrôle d’un individu et de le pousser au crime, sans que celui-ci ne puisse résister, s’il ne connaît pas le procédé.

sat2

L’attentat de Berlin aurait été revendiqué par l’ « Etat Islamique », ce groupe de mercenaires islamophobes dirigé par Washington. L' »Etat Islamique » est en réalité un groupe anti-islamiste, qui attaque les vrais groupes islamistes, notamment en Syrie. L’EI est, de notoriété publique, un groupe néocolonial destiné à nuire aux Syriens et Irakiens. Une revendication de l’EI équivaut à une revendication américaine.

Le but des chefs terroristes qui manipulent les zombies du Mind Control est de développer le racisme et l’islamophobie en Occident. Personne ne peut ignorer le fait que chaque attentat renforce l’extrême droite, les pouvoirs de la police et des services secrets, ainsi que le racisme et notamment le racisme islamophobe. On sait que pour trouver les commanditaires d’un crime il faut rechercher à qui il profite. Le terrorisme « islamique » profite aux islamophobes et non aux islamistes. Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que l’attentat de Berlin comme ceux du Bataclan ou de Nice ont été téléguidés par des racistes d’extrême droite, infiltrés au plus au niveau dans tous les pays occidentaux. Ces racistes veulent développer la haine raciale et gêner l’intégration des musulmans en Europe ou aux Etats-Unis. Ces chefs terroristes sont aussi des néo-nazis qui veulent détruire la démocratie en feignant de la protéger. Année après année, de nouvelles lois sont votées pour limiter les libertés des citoyens. Des millions de personnes sont surveillées par satellite, en Europe ou aux Etats-Unis. Les néo-nazis montent dans l’opinion dans toute l’Europe et aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, Donald Trump n’aurait probablement pas été élu sans les divers attentats « islamistes » qui ont endeuillé les Etats-Unis. D’ailleurs l’attentat du 19/12 de Berlin a eu lieu le jour même de son élection définitive par les grands électeurs américains.

Le terrorisme ne profite qu’aux racistes et provient des racistes. Tant que les médias n’auront pas mis ce fait en évidence, les fascistes continueront de progresser partout en Europe. Ces attentats sont organisés par des néo-nazis infiltrés au cœur de l’Etat qui utilisent toutes les technologies satellitaires et psychotroniques pour prendre le pouvoir par la force. Le terrorisme est l’instrument d’un véritable complot nazi mondial. Face à ce complot, il est temps que les forces démocratiques réagissent médiatiquement, au lieu de rester amorphes, répétant stupidement ce que leur soufflent les nazis terroristes.

On peut constater que les attentats « islamistes » sont beaucoup plus médiatisés que les attentats fascistes, tel celui d’Utoya, déjà pratiquement oublié malgré le massacre de près de 80 jeunes militants socialistes par un néo-nazi. Les fascistes contrôlent les médias, les services secrets, les polices. Il est temps de comprendre que le vrai péril qui menace la démocratie c’est le péril fasciste, le terrorisme étant une émanation du nazisme islamophobe et non de l’islamisme.

Les commanditaires de l’attentat du marché de Noël veulent renazifier l’Allemagne, reprenant ainsi les méthodes des fascistes français issus de l’OAS. Ils veulent gêner Angela Merkel et lui imposer de force un virage xénophobe. Ils veulent pouvoir persécuter les Syriens qui ont déjà fui l’oppression et la guerre qui règnent dans leur pays. Les chefs terroristes veulent réveiller la peste nazie en Allemagne, alors qu’elle était endormie depuis des décennies. Il faut vraiment que l’Allemagne soit le premier pays à réagir contre les nazis infiltrés qui organisent des attentats. Il faut que les responsables de l’antiterrorisme qui n’ont pas empêché l’attentat, (ou qui l’ont organisé), soient limogés. Il faut que l’ensemble des services de sécurités soient purgés des nazis qui les ont pénétrés. En Allemagne comme en France ou aux Etats-Unis, le terrorisme ne cessera pas tant que les néo-nazis n’auront pas été définitivement exclus des services de sécurité.

La société doit se défendre face au Mind Control

Il est temps que la société civile réagisse face au Mind Control, la répression secrète satellitaire. Il faut que la loi du silence sur le sujet soit levée, de manière à ce que les citoyens ne soient plus harcelés par l’Etat, les fascistes et l’oligarchie.

Le Mind Control est cette surveillance permanente par satellite qui obère la liberté des citoyens. Nuit et jour, des millions de personnes sont surveillées par des caméras satellitaires pilotées par ordinateur sous le contrôle de gardiens fascistes qui veillent à nuire à ceux qu’ils surveillent.

Dans les entreprises, à domicile, dans les transports, les caméras satellitaires filment à travers les murs, lisent dans les pensées, enregistrent les conversations privées, provoquent malaises et maladies, bagarres et incidents, impuissance et frigidité. Les libertés des citoyens sont totalement annihilées  par la surveillance satellitaire électromagnétique. Les citoyens deviennent progressivement les esclaves de l’Etat et de l’oligarchie. La qualité de vie des gens est de plus en plus limitée par cette répression perverse et secrète.

Tout ceci nous mènera directement au fascisme, l’extrême droite dirigeant la surveillance satellitaire. Il est temps que partis politiques, syndicats, journalistes, organisations de défense des droits de l’homme cessent de collaborer avec le fascisme satellitaire. Sinon, on se réveillera bientôt dans une dictature néofasciste basée sur la torture électromagnétique dont on ne pourra pas se libérer avant longtemps.

L’infiltration fasciste

La strthwjdapl3natégie principale des fascistes consiste à s’infiltrer partout. Alors qu’à l’origine les fascistes étaient surtout présents dans la police et l’armée, aujourd’hui, ils sont partout : dans les partis de gauche, dans les partis de droite, au Medef, dans les syndicats salariés, dans les Loges, dans les Eglises,  dans les médias, les clubs sportifs, les entreprises, chez les scouts…

La méthode des fascistes consiste à s’infiltrer dans une organisation donnée, et à la nazifier de l’intérieur. Il suffit de quelques fascistes introduits dans une organisation, pour ensuite en faire sortir tous les éléments républicains et les remplacer par d’authentiques nazis.

Le PS, fondé par un ancien vichyste, est nazifié depuis l’origine. LR se nazifie progressivement, sous l’influence des buissonnistes. Certains syndicats ouvriers tels la CFTC, sont proches du FN. D’autres, sont infiltrés en profondeur.

Les fascistes dirigent la plupart des services secrets. Ils ont donc accès au Mind Control, la surveillance par satellite qui leur permet de persécuter les internautes. Ils peuvent organiser des attentats en manipulant des délinquants et des fous. Ils ont pratiquement tous les droits.

Face à ce complot fasciste qui menace la démocratie, il faut identifier et exclure les fascistes de partout où ils ont réussi à s’infiltrer. Il faut créer un nouveau service secret spécialisé dans la lutte contre le néofascisme. Il faut exclure les extrémistes de la police, de l’armée, des médias, des Loges, des Eglises, des syndicats. Partout où ils essayent d’entrer, il faut les bloquer.

Si ce travail n’est pas fait, les néofascistes risquent de prendre le pouvoir avant 10 ans, suite à des élections truquées et des attentats terroristes de grande ampleur. Il faut écraser la pieuvre fasciste pendant qu’il en est encore temps.

 

Les politicards draguent le vote raciste

On peut constater que nombre de politicards, de gauche comme de droite, draguent outrageusement le vote raciste, et légitiment ainsi les nazis du FN. Dans la primaire de droite, Copé, Fillon, Sarkozy, Le Maire et autres draguent sauvagement les racistes, espérant ainsi monter dans les sondages. Au PS, Valls, Hollande, Le Driant, semblent faire un concours de racisme, et plus précisément de racisme islamophobe, père de tous les racismes actuels.

Touts ces loosers racistes n’arriveront qu’à mettre le FN au pouvoir et à anéantir la démocratie en France. D’ailleurs, on peut constater que les racistes diviseurs perdent souvent les élections : quand Sarkozy travaillait avec Dati et Yade, en 2007, il a gagné les présidentielles ; quand il a voulu collaborer avec Buisson et Zemmour, en 2012, il les a perdues.

Depuis qu’ils ont dévoilé leur racisme, Hollande et Valls sont au plus bas dans les sondages. Les Français veulent des rassembleurs et des Républicains, pas des sous-Le Pen ni des descendants politiques de l’OAS.

Le racisme, l’islamophobie et le discours sécuritaire bloquent le progrès social. Après la suppression des droits sociaux, ce seront les droits civiques qui seront amoindris. Finalement, c’est à une dictature pré-nazie que vont nous amener ces pantins du FN.

La France n’a pas besoin de politiciens racistes qui divisent la société et réduisent les droits sociaux des citoyens. Elle n’a pas non plus besoin d’être fichée par des gens proches de l’extrême droite. Si rien n’est fait pour enrayer la spirale infernale du fascisme, la torture sera rétablie en France pour tous et les fascistes viendront nous espionner dans nos demeures.

Ne l’oublions pas : la réalité dépasse la fiction.

Les pseudo risques de guerre civile en France

Beaucoup de fascistes parlent de risques de guerre civile en France, notamment suite aux attentats terroristes. En réalité, les seuls à avoir des armes en France sont les fascistes, policiers, militaires, services secrets. Les autres n’en ont pas. Le vrai risque qui menace la France, c’est le risque de putsch : les fascistes sont de plus en plus puissants partout. Dans la politique, les médias et les services de sécurité. Si ces fascistes ne sont pas exclus de l’administration et de la sécurité privée, ils risquent de prendre le pouvoir et de détruire définitivement la démocratie. Déjà, à chaque attentat qu’ils organisent eux-mêmes, ils limitent les droits des citoyens. Ils harcèlent les internautes et les empêchent de s’exprimer librement. Ils maintiennent certaines personnes en isolement en utilisant le Mind Control, la surveillance satellitaire. Ils ne respectent déjà plus aucune loi concernant le droit à la vie privée, le droit au travail, la torture, le harcèlement. Le coup d’Etat fasciste  a déjà commencé depuis 2001. C’est ce risque qu’il faut dénoncer et non une hypothétique guerre civile qui n’existe que dans la tête des fascistes.